Benzema qualifie le Real Madrid en finale de la Ligue des champions face au Bayern

Encore un sacré match ce mardi soir dans cette Ligue des champions 2017-18 assez exceptionnelle. Vainqueur 2-1 à l’aller, le Real Madrid a d’abord tremblé avant de voir Karim Benzema planter un doublé. Avec l’aide du malheureux Ulreich (2-2). Les hommes de Zinédine Zidane joueront la finale le 26 mai prochain.
Un début de match spectaculaire
Le Bayern l’avait bien compris, il devait marquer au minimum deux buts au Bernabeu pour espérer rallier la finale. Et cela s’est rapidement fait remarquer, nous offrant un début de match assez fou. Dès la deuxième minute, un premier centre dangereux d’Alaba montrait les bonnes intentions munichoises. Et il n’a pas fallu attendre bien longtemps pour voir la rencontre se décanter. Kimmich, en embuscade dans la surface après un centre de Müller mal négocié par Ramos, avait le loisir d’ajuster Navas de près (0-1, 3e). Déjà en souffrance lors du dernier match de C1 à domicile, le Real pouvait s’inquiéter. Mais heureusement pour les Espagnols, Benzema ramenait rapidement les deux équipes à égalité. Le très offensif Marcelo envoyait son centre au second poteau sur la tête de Benzema, qui n’avait plus qu’à conclure (1-1, 11e), bien aidé par le marquage assez laxiste d’Alaba. Les débats étaient donc lancés de la plus belle des manières, grâce à deux équipes très offensives, mais surtout avec des défenses assez fébriles. Et la suite était tout aussi passionnante à suivre.
Les notes de Real-Bayern
La bourde d’Ulreich, tournant de la partie
Le début de seconde période aura sûrement marqué un tournant dans cette double-confrontation. Une action très étrange qui profitait d’ailleurs une nouvelle fois à Benzema. Dos au jeu, Tolisso remisait en retrait sur son gardien. La passe, déjà pas franchement assurée, n’aura jamais été touchée par son gardien, car ce dernier tergiversait puis se retrouvait à terre, laissant filer le cuir, et nous gratifiant pour le coup d’une boulette monumentale. Le Français n’avait plus qu’à pousser au fond (2-1, 47e).
francefootball

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*