Cheikhna Cheikh Abdoul Aziz/ Le guide religieux, à qui le Président Senghor avait offert la nationalité sénégalaise

Les 14, 15 et 16 février prochains, le quartier Diamaguène Nimzath de Thiès va vibrer aux sons des chantiers dédiés à Dieu et à son Prophète Mohamed (PSL). C’est à l’occasion de la 31 ème édition du Leytoul Hamdi wachouchry lirabil hamdi wachouchry communément appelé Gamou de Diamaguène Nimzatt, sous la conduite l’actuel Khalife Cheikhna Cheikh Nehme. Il s’agit d’un évènement de dimension internationale car accueillant des fidèles venus de toutes les régions du pays, mais aussi des Etats voisins, d’Europe et des Etats-Unis d’Amérique. C’est pour perpétuer l’œuvre de Cheikh Al Islam Cherif Cheikhna Cheikh Abdoul Aziz, à qui le Président Léopold Sédar Senghor avait offert la nationalité sénégalaise.

En effet en mars 1964, le patriarche Cheikhna Cheikh Talibouya fut rappelé à Dieu. Après les funérailles, les opérations de succession et d’héritage, Cheikh Al Islam Cherif Cheikhna Cheikh Abdoul Aziz quitte Nimzatt pour le Sénégal, alors qu’il n’avait que 19 ans. Il s’est d’abord installé à Louga où il a fondé son foyer et c’est dans ce contexte qu’il a introduit auprès des autorités de l’époque une demande de nationalité sénégalaise que Feu Léopold Sédar Senghor premier Président du pays a accordée sans aucune difficulté. Erudit de renom, doublé d’éducateur et de formateur hors pairs, Cheikh Al Islam Cherif Cheikhna Cheikh Abdoul Aziz a montré dès la fleur de l’âge, « des signes précurseurs d’un futur grand guide religieux et d’un éminent maître spirituel et mystique. Homme d’une vaste culture, respectueux, à la fois de la tradition et de l’évolution du monde moderne, il s’intéresse à tout, s’informe de tout et très tôt, il assuma de très lourdes responsabilités sociales et religieuses ».

Il a été rappelé à Dieu en juin 2006 et depuis lors, c’est Cheikhna Cheikh Néhme Aïdara dit Nama, qui est aux commandes. Grand intellectuel, il marque son époque depuis la disparition de son feu père. Selon Cheikh Birahima Thiam, Chargé de communication du Khalif, l’actuel Khalif est un militant infatigable de la paix, de la concorde et du sens de l’hospitalité, et il assume son rôle de consolidateur des bases de la Tarikha Khadriyya, en orientant les disciples dans la direction tracée par son illustre père. D’ailleurs ses racines mauritaniennes et sénégalaises font de lui un médiateur indiqué et un régulateur social légitime entre les deux nations liées par une longue tradition de voisinage. D’après le chargé de communication du Khalif, le Gamou annuel c’est trois (3) nuits de grâce et de louanges à Allah (SWT). Moment de ferveur, il est aussi une occasion de revisiter la vie et l’œuvre du grand érudit Chérif Abdoul Aziz Aïdara, dont le message inspire encore des générations, notamment les disciples membres de la Jama Atou Nasri Tarikhatil Khadriyati du Sénégal et la Diaspora.

Le Gamou de Cheikhna Cheikh Abdoul Aziz Aïdara de Diamaguène est aussi un grand moment de vie économique intense. C’est à l’image du khalif qui a parcouru toute l’Afrique, l’Europe et les Etats-Unis, pour accumuler suffisamment d’expériences, qui lui ont permis de savoir se prendre en charge partout, de manière responsable, digne et saine. Son ambition a toujours été de faire de la Khadrya, « un appareil de développement des capacités et des compétences des uns et des autres. Conscient du fait qu’un guide religieux doit être un modèle pour ses disciples et, non satisfait d’être seulement un homme de Dieu vivant dans des éternelles retraites et comptant sur les autres pour sa subsistance, Cheikh Ni’-ma a préféré mettre en pratique les enseignements de son aïeul le Prophète Mouhammad (P.S.L) ». C’est ainsi qu’il est grand agriculteur dans le Walo où il exploite deux champs de 37 ha l’un et l’autre 50 ha, cultivant à la fois des arachides, du mil, du maïs, du niébé et autre substances vivrières. Donc toute sa stratégie de développement repose sur l’exploitation agro pastorale, pour non seulement créer des emplois, mais aussi les gens dans leur terroir.

C’est pourquoi, le Gamou de Diamaguène Nimzath est toujours marqué par des échanges sous-régionaux sur le plan économique. De la Mauritanie, la Gambie, la Guinée et le Mali viennent chaque année des produits, surtout à connotation religieuse comme les tapis de prière, les chapelets, les effigies. Il s’y ajoute les textiles comme les boubous, les bonnets, les foulards, les turbans, etc., mais aussi les produits agro-industriels, très prisés pour la population locale et les commerçants revendeurs. La cérémonie officielle prévue le samedi 2 février sera d’ailleurs marquée par la présence des autorités étatiques, hommes politiques et représentants des autres communautés religieuses, musulmanes et chrétiennes

Mbaye SAMB (l’AS)

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*