Choix d’Idrissa Seck comme Chef de l’opposition, les Thiessois ne parlent pas le même langage

Thiès, la base affective et naturelle du leader de Rewmi Idrissa Seck, plébiscité par une large frange de la classe politique comme le chef de l’opposition, est loin de faire l’unanimité autour de lui. En effet, si beaucoup de responsables de l’Alliance Pour la République (APR) et de la mouvance présidentielle votent pour lui, des libéraux ont exprimé un avis contraire, qui rappelle les profondes divergences entre leur mentor Me Abdoulaye Wade et Idrissa Seck. C’est dire que le débat est diversement apprécié dans la capitale du Rail, même si le leader qui est en pôle position pour occuper le poste, en l’occurrence Idrissa Seck, a marqué à jamais l’histoire politique de la cité.

Même s’il a commencé à imprimer ses marques en 1988 en tant que Directeur de campagne du candidat du Sopi Me Abdoulaye Wade, c’est la survenue de l’alternance qui l’a carrément mis au devant de la scène. Numéro 2 du Parti Démocratique Sénégalais (PDS), il a tenu de mains de maître les rênes du pouvoir, parce qu’ayant acquis la totale confiance du Président Abdoulaye Wade. Mais tout s’est écroulé comme un château de carton, suite aux démêlées politiques l’ayant opposé à son mentor Me Abdoulaye Wade en 2004, mais sa carrière politique est restée intacte à Thiès, où les populations et tous les pans du PDS d’alors, l’ont rejoint dans sa nouvelle aventure, avec la bénédiction des chantiers de Thiès, des réalisations que le Thiessois lambda a toujours mis sur le compte de la volonté profonde de l’ancien Premier Ministre, de sortir son fief de l’ornière.

La première apparition d’Idrissa Seck sur la scène politique date des élections de 1988 et à l’époque, il était le Directeur de campagne du candidat Me Abdoulaye Wade. A l’époque c’est feu Boubacar Sall surnommé le Lion du Cayor qui était le maître local du navire bleu. Après les élections très mouvementées de 1988, marquées par des violences postélectorales sans commune mesure et qui ont failli faire basculer le régime socialiste, Idrissa Seck a disparu de l’arène politique. Il est revenu en 1993, pour devenir homme de confiance et Conseiller Spécial du Pape du Sopi, Me Abdoulaye Wade. Ce n’est qu’après le rappel à Dieu de Boubacar Sall le 25 juillet 1995 à 14 heures 30 à la chambre 18 du pavillon Bréviaire de l’Hôpital le Dantec qu’il a hérité des rênes du parti à Thiès, après que les anciens sont allés rencontrer Me Wade, pour lui demander de positionner Idrissa Seck dans la cité du Rail, pour combler le vide laissé par Boubacar Sall. C’est ainsi qu’il est finalement promu Secrétaire Général de la section communale de Thiès, à la faveur des renouvellements de 1996 et installé à ce poste par Me Abdoulaye Wade lui-même en Août 1996.

L’AVIS DIVERGENT DES ACTEURS POLITIQUES

Edouard Latouffe de l’Alliance Pour la République (APR) estime que dans une démocratie, l’opposition doit être respectée et jouir de tous les droits qui lui sont conférés. Même s’il appartient au Président de la République de définir la politique de la nation, il est de son devoir de rencontrer souvent le Chef de l’opposition, pour discuter avec lui sur certaines questions de l’heure. De fait dit-il, c’est Idrissa Seck qui est le chef de l’opposition sénégalaise, parce que tout simplement il est arrivé en seconde position après le vainqueur en l’occurrence le Président Macky Sall, lors des dernières élections présidentielles. Pour lui, devant la situation actuelle du pays, le statut de chef de l’opposition ne devrait même pas être un sujet qui alimente les discussions, d’autant plus que l’heure est à la réflexion autour des différents contours du statut de chef de l’opposition et non sur l’identité de celui qui doit l’incarner. Il ajoute « de mon point de vue, cela ne doit pas être un débat et il met d’ailleurs mal à l’opposition avec ces velléités de contestations qui commencent à jaillir de partout. Au lieu de se positionner davantage comme une alternative face au pouvoir actuel, l’opposition est en train de poser les germes de divergences internes autour de cette question du choix du leader, qui doit incarner le chef de l’opposition. Donc c’est un débat qui n’est pas opportun parce que déjà réglé d’autant plus que la seule personne venue derrière le Président Macky Sall lors des dernières élections présidentielles, c’est Idrissa Seck. Et pour analyser des questions de ce genre, le baromètre le plus crédible c’est les dernières élections. Certains parlent de Me Abdoulaye Wade, mais il n’est plus dans l’espace de compétition électorale et d’ailleurs le Parti Démocratique Sénégalais (PDS) ne devait même pas réclamer ce poste car lors des dernières consultations électorales, il n’avait pas de candidat et n’avait même pas soutenu un candidat de façon officielle. Donc c’est utopique de vouloir désigner le leader d’un tel parti comme le Chef de l’opposition ».

Aly Nguer Faye de Rewmi minimise le débat et affirme que la question n’est pas à l’ordre du jour au niveau du parti d’Idrissa Seck. C’est parce que dit-il, elle a déjà été prise en charge par le dernier référendum. Pour lui, Ousmane Sonko a proposé Me Abdoulaye Wade comme Chef de l’opposition, mais qu’il sache que dans l’arène, Yawou Dial rêve de devenir roi, mais cela ne lui ouvre pas les portes d’un combat contre Modou Lô. Il s’y ajoute que, même si le poste revient de droit à Idrissa Seck, par le fait des sénégalais, à travers les urnes et que le Rewmi prendra, il n’est pas sa préoccupation majeure du moment.

Ndiaga Diaw Secrétaire Général de l’Union des Jeunesses Travaillistes Libérales (UJTL), membre du comité directeur du Parti Démocratique Sénégalais (PDS) et membre du Secrétariat National n’est pas du tout, du même avis. Selon lui, la deuxième institution du Sénégal c’est l’Assemblée Nationale et on ne peut parler de statut de l’opposition sans s’en référer. C’est ainsi que quand on parle de chef de l’opposition, il s’agit toujours de l’opposition parlementaire. Cela ne doit pas faire l’objet d’un débat, c’est Me Abdoulaye Wade qui est d’office chef de l’opposition, même s’il n’a jamais revendiqué le poste. D’après lui, la question a été réglée et en faire un débat équivaut par exemple à débattre si Macky Sall est Président de la République du Sénégal ou non. Il ajoute que ceux qui désignent Idrissa Seck comme Chef de l’opposition sont des chefs de parti qui n’ont même pas pu rassembler le nombre de parrainages requis, pour être candidat à la dernière présidentielle et de ce point de vue, ils ne sont pas habilités à trancher. A l’en croire, la plupart d’entre eux sont devenus députés de la présente législature par la grâce de Me Abdoulaye Wade et cette donne doit le pousser à être désormais beaucoup plus regardant en ce qui concerne le choix des partis politiques, avec qui aller en coalition.

MAGUEYE SARR ADJOINT MAIRE THIES-EST, MEMBRE COMITE DIRECTEUR PDS

« C’est indécent de parler de Chef, dans une démocratie »

Maguèye Sarr Secrétaire Général de la section communale du PDS de Thiès-Est, Adjoint au Maire dans la même commune, membre du comité directeur libéral affirme pour sa part que tous les acteurs politiques doivent réfléchir mûrement et profondément, pour ne pas escamoter le sujet. Dans la constitution dit-il, c’est la question du statut de l’opposition qui est prise en charge et non celle de chef de l’opposition. Il poursuit, « c’est indécent de parler de chef dans une démocratie. Et puis dans le cas d’espèce, chef par rapport à qui et à quoi ? De la manière dont le débat est posé par certains, imaginez quelqu’un qui sort je ne sais d’où, qui dépose sa candidature et qui sort deuxième après la proclamation des résultats. Immédiatement donc il est nommé chef de l’opposition. C’est irrationnel, ce n’est pas bon, ce n’est pas réfléchi. Il faut s’en limiter au statut de l’opposition et que le pouvoir lui donne tous ses droits et devoirs. Le Président Macky Sall est arrivé au pouvoir alors qu’il n’était pas chef de l’opposition. Il en est de même pour le Président Me Abdoulaye Wade. Donc, l’urgence est d’aller vers l’essentiel au lieu de s’attarder sur cette question.

Aujourd’hui, il y a des questions majeures à régler comme le fichier électoral qui est contesté, la confiscation des cartes nationales d’identité qui fait que, beaucoup de sénégalais n’avaient pas voté lors des dernières élections, la question des parrainages ». Il s’y ajoute à ses yeux, que le pays va vers des élections locales dont personne ne connaît encore la date, la problématique des inondations, la pandémie persistance de la COVID-19 et son lot de désastres, la bataille contre la pauvreté, etc. De ce point de vue, la classe politique n’a pas le droit de s’attarder sur des choses futiles, le peuple n’en a pas besoin. Il souligne que si cette affaire de statut de chef de l’opposition intéresse certains qui veulent à tout prix l’imposer comme débat national, c’est parce qu’il y a des questions de sous derrière. Mais dit-il, « Abdoulaye Wade est incontestablement le chef, il est le maître de tous et de toujours »

Mbaye SAMB ( l’AS)

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*