Contribution de Mara Wade/Imbroglio autour d’un retrait: « un poisson de juin  » !

 » Urgent: Parrainage: le président demande à l’assemblée de retirer la loi « .
Quand j’ai pris connaissance de cette information largement relayée par la presse, je me suis dit que c’était peut-être un canular qui nous était servi comme poisson d’avril.
Mais je me suis ravisé très vite quand je me suis rendu compte qu’on était déjà loin du 1er avril, occasion pendant laquelle on y a droit, et qu’on était bel bien le 07 juin 2018.
Alors je me suis mis à cogiter pour essayer de comprendre un peu ce qui se cachait derrière ce supposé retrait.
Une telle situation a conduit naturellement à des réactions fort différenciées.
Illico presto l’opposition a commencé par jubiler mettant en exergue une certaine capitulation du pouvoir se rendant compte de l’impossibilité d’opérationnaliser la loi sur le parrainage telle que votée par l’assemblée nationale le 19 avril 2018.
Le pouvoir, acculé, a réagi par le biais du législatif et de l’exécutif pour préciser qu’il n’était nullement question de retirer la loi sur le parrainage votée par l’assemblée nationale et promulguée par le président de la République mais le projet de loi portant révision du code électoral déposé à l’assemblée nationale le 28 mars, c’est-à-dire en même temps que la loi instituant le parrainage.
Ceci nous amène à nous poser un certain nombre de questions.
Pourquoi les deux projets de loi sont-ils déposés en même temps par le gouvernement sur la table du président de l’assemblée nationale?
A quelle date le Président de la République a-t-il promulgué la loi votée par l’assemblée nationale le 19 avril ?
Cette promulgation a-t-elle été publiée par la presse et dans le journal officiel?
Pourquoi avoir attendu près de 50 jours( entre le 19 avril et le 07 juin) pour retirer le projet de loi portant révision du code électoral?
Même si ces questions ne sont pas des interrogations oratoires, elles appellent tout de même de notre part un certain nombre de réponses.
Par respect à l’assemblée nationale, le gouvernement aurait dû attendre que la loi constitutionnelle soit d’abord définitivement adoptée avant de chercher à en préciser les modalités d’exécution dans un projet de loi portant révision du code électoral. Sa démarche accrédite encore la thèse des pourfendeurs qui considèrent le parlement comme une chambre d’applaudissements.
Elle donne aussi raison à l’opposition sur la nécessité qu’il y avait à instaurer un dialogue à l’hémicycle pour cerner les contours de l’applicabilité de la loi.
Les communiqués sont muets sur la date de promulgation.
La publication par la presse et dans le journal officiel est encore diffuse
Le temps mis pour retirer le projet est trop long pour une question qui semblait relever d’une grande urgence, au vu des conditions dans lesquelles la loi a été votée.
Le président de la République en déposant la lettre de retrait du projet sur la table de l’assemblée le 06 juin coïncidant à la veille de son départ pour le Canada où il devait assister au sommet du G7 et à l’appel au dialogue pour la gestion des ressources naturelles sur le pétrole et le gaz, ne voudrait-il pas se donner bonne conscience et redorer son blason devant ses homologues présidents ?
Les coïncidences sont troublantes et il aurait, le cas échéant, réussi un coup médiatique.
En tout état de cause, le manque de préparation doublé de la précipitation qui ont jalonné le vote de la loi sur le parrainage semblent rattraper le gouvernement du Sénégal qui a décidé, pour sauver la face, de rouvrir une fenêtre de dialogue sur le parrainage avec la mise en place d’une commission ad hoc composée de leaders de partis politiques et de membres de la société civile et envoyée en mission commando au Cap-Vert et en Pologne pour s’inspirer de l’expérience de ces pays en matière de parrainage électoral.
Si ce n’est pas de l’amateurisme, ça lui ressemble fort.

Fait à Thiès le 11 juin 2018

El Hadji Abdou WADE dit Mara.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*