Contribution El Hadji Abdou Wade dit Mara/ Entre le marteau de la CEDEAO et l’enclume du procès Khalifa Sall

ENTRE LE MARTEAU DE LA CEDEAO ET L’ENCLUME DU PROCÈS DE KHALIFA SALL !

Si on reste dans le champ strict du droit, le procès du Député Maire de la ville de Dakar, Khalifa Sall, serait définitivement scellé après la décision rendue par la Cour de justice de la CDEAO.
En effet, celle-ci a jugé que sa présomption d’innocence ainsi que son droit à un procès équitable ont été violés.
Par voie de conséquence son maintien dans les liens de la prévention est considéré comme arbitraire.
Toutefois cette décision est diversement appréciée selon qu’on est du camp de l’Etat ou de celui du présumé coupable.
Même si l’Etat du Sénégal reconnait bel et bien la CEDEAO, pour laquelle il a ratifié toutes les conventions, et la Cour de justice, institution spécialisée de cette dernière, il préconise tout de même que cette décision n’aura aucun impact sur le verdict en appel attendu après cette décision de la cour sous régionale. L’argumentaire servi est que la Cour n’a pas fait injonction à l’Etat du Sénégal de libérer Khalifa Sall.
Toutefois cet Etat du Sénégal est très mal placé pour rejeter une décision de la CEDEAO.
En effet, rappelons que c’est fier et fort d’une décision de cette instance sous régionale que le Président Macky Sall, chef suprême des armées, avait fait des Jambaar les fers de lance des forces communautaires appelées à bouter hors du pouvoir le Président Yaya Jammeh, battu démocratiquement à l’élection présidentielle, mais mû par une volonté manifeste de se maintenir par la force.
Quand on décide, sous la bannière de la CEDEAO, de braver tous les risques en envoyant des soldats sénégalais à la guerre, sans le consentement de l’assemblée nationale et avec toutes les conséquences fâcheuses qui peuvent en découler, il semble saugrenu voire absurde de rejeter une décision de la Cour de justice qui n’est rien d’autre qu’une instance spécialisée de cette même organisation sous régionale pour une question dérisoire de reconnaissance de droits humains.
Y’a-t-il fondamentalement une différence entre un mandat militaire de la CEDEAO qui chasse le Président Yaya Jammeh du pouvoir et une décision d’une Cour de justice de cette organisation qui soulève des manquements dans la procédure ayant abouti à l’emprisonnement de Khalifa Sall ?
Ces deux décisions n’ont-elles pas une même toile de fond juridique?
Qui peut le plus peut le moins, a-t-on l’habitude de dire.
Le Sénégal, en se glorifiant de sa superbe diplomatie internationale avec, entre autres :
– le jugement du président Hissène Habré au Sénégal qui a vu des juridictions sénégalaises mixées à des juridictions non sénégalaises dans des Chambres africaines extraordinaires;
– notre place de septième pays pourvoyeur de soldats dans les missions onusiennes à travers le monde;
– le mandat de notre compatriote Moustapha Cissé LO à la tête du parlement de la CEDEAO ;
– l’affaire Yaya Jammeh (voir supra) ;
le Sénégal disais-je, doit privilégier sa place confortable dans le concert des nations et ne pas s’entêter dans un argumentaire qui frise le ridicule en cherchant à maintenir coûte que coûte le maire de Dakar en prison.
Diplomatiquement la Cour de justice de la CEDEAO a demandé l’élargissement de Khalifa Sall.
Si elle estime que sa présomption d’innocence et son droit à un procès équitable ont été bafoués, cela reviendrait à dire, en d’autres termes, que toute la procédure est nulle et sans nul effet.
Si elle demande qu’on lui attribue des dommages et intérêts de trente cinq(35) millions, c’est parce qu’elle pense aussi qu’il a été lésé et doit par conséquent être libéré, ce qui lui fait penser à une détention arbitraire.
L’avocat de l’Etat, Me Félix Sow, ne s’est–il pas trahi par un lapsus en soutenant que le « temps de la politique n’est pas le temps de la justice » ?
Pour dire, en termes plus prosaïques, qu’il ( l’Etat) ne veut pas perdre du temps pour condamner définitivement Khalifa Sall et l’empêcher ainsi d’être candidat à la présidentielle et que de l’autre côté on chercherait à faire du dilatoire pour retarder la condamnation du maire et lui permettre, ce faisant, de participer à l’élection.
Tout cela conforterait malheureusement la thèse d’un agenda politique qu’on serait en train de dérouler sous le sceau de la justice pour détruire des candidats probables et liquider les candidats gênants, ce qui affaiblirait dangereusement l’état de droit où la vérité et la justice sont des principes sacro saints qui assurent sa grandeur.
Entre le marteau de la CEDEAO et l’enclume du procès en appel de Khalifa Sall, l’Etat, au lieu de soutenir l’insoutenable, gagnerait à faire preuve de plus de réalisme pour mettre définitivement fin au long procès de Khalifa Sall et déjouer tous les procès qui lui sont faits, à savoir vouloir gagner l’élection présidentielle sans adversaires véritables.
« À vaincre sans péril, on triomphe sans gloire. »
Vivement des candidatures libres, plurielles et diversifiées à la présidentielle de 2019 !

Fait à Dakar le 10 juillet 2018

El Hadji Abdou Wade dit Mara.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*