Égypte – Mondial 2018 : Mohamed Elneny, dans l’ombre de Salah

Le milieu de terrain des Pharaons a joué dans le même club que Mohamed Salah en Égypte, comme lui, il a évolué au FC Bâle. Et il porte aujourd’hui le maillot de l’un des meilleurs clubs anglais, celui d’Arsenal.
Pendant que Mohamed Salah collectionne les buts avec Liverpool et sa sélection, au point d’en faire un candidat plus que crédible au prochain ballon d’Or, Mohamed Elneny (26 ans) évolue dans un registre plus feutré. La natif de Mahallah marque beaucoup moins de buts que Salah et il n’est pas titulaire à part entière chez les Gunners. Mais les deux hommes ont des points communs, et pas seulement celui d’être deux joueurs essentiels dans le dispositif d’Hector Cuper, leur sélectionneur argentin.
PUBLICITÉ
inRead invented by Teads
Salah et Elneny ont joué ensemble à Arab Contractors, un des clubs du Caire. Le premier a rejoint le FC Bâle au printemps 2012. Elneny l’a suivi en janvier 2013. « La présence de Salah l’a aidé à bien s’intégrer. Ils ont joué un peu plus de six moins ensemble à Bâle, jusqu’au départ de Salah à Chelsea. Au début, Elneny jouait des bouts de matches, puis le club a vendu pas mal de joueurs en Allemagne et en Suisse, et il a eu beaucoup plus de temps de jeu, il a joué des matches de Ligue des Champions et est devenu un des joueurs les plus utilisés à Bâle », explique Raoul Savoy, le sélectionneur suisse de la Centrafrique. « À l’instar de Salah, il ne fait pas beaucoup parler de lui en dehors des terrains et il était ainsi apprécié en Suisse. »
Un vrai milieu box to box
Son transfert à Arsenal, en janvier 2016, est supposé lui permettre de franchir un cap. Mais à Londres, Arsène Wenger ne lui accorde qu’une confiance limitée. Elneny ne dispute qu’une douzaine de matches par saison en Premier League. « Elneny est un joueur box to box, avec de vraies qualités techniques et athlétiques mais il existe une véritable concurrence au milieu à Arsenal.», poursuit celui qui fût également sélectionneur de l’Ethiopie, du Swaziland et de la Gambie. « Le problème est qu’il marque trop peu. Avec Bâle, il a inscrit au total 7 buts en trois ans. Et avec Arsenal, il n’a pas encore débloqué son compteur », admet Savoy.
Devenu International égyptien en 2011 à l’initiative de l’Américain Bob Bradley, Elneny compte désormais 57 sélections (5 buts) et a atteint la finale de la CAN 2017, face au Cameroun (1-2). « Je trouve dommage que l’Égypte pratique un jeu aussi défensif et qu’elle n’exploite pas toutes les qualités d’un joueur comme lui », soupire Savoy. Blessé courant avril avec son club, le milieu de terrain sera remis à temps pour disputer la Coupe du Monde.
JEUNE AFRIQUE

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*