Femme de développement et responsable politique, la riche trajectoire de Absa Laye Souaré

Absa Laye Souaré est une femme actrice de développement et par ailleurs présidente de l’Association pour le développement de Keuri Kao suxali Keuri Kao, trésorière de l’association des femmes mareyeuses. Depuis sa tendre jeunesse, elle évolue dans le milieu du développement. D’après elle, faire du développement c’est faire de bonnes œuvres, progresser sur le plan socio économique, enrichir ses relations et renforcer ses capacités. Elle raconte, « ce qui m’a le plus marqué dans ma vie d’actrice de développement, c’est le fait que cette démarche me permet de raffermir mes relations avec les voisins. On a créé l’association calebasse de solidarité qui nous permet de s’entraider et de tisser des relations d’amitié et de fraternité. Dans le cadre de cette initiative, nous travaillons avec un partenaire, en l’occurrence Action Karim 6. L’idée de la calebasse de solidarité nous vient du village de Fisèle Mbadane. Dans cette localité, il s’agit d’un système de mobilisation de fonds, à travers des contributions directes et volontaires. Les fonds sont recueillis dans une calebasse et chaque fois que quelqu’une à un besoin urgent, les fonds sont utilisés en toute discrétion pour le prendre en charge. Le même procédé a été expérimenté chez nous, mais en tenant compte les réalités géographiques, puisque là bas c’est en zone rurale. Au début nous avions 6 calebasses avec une caisse de solidarité qui nous permettait de venir en aide aux gens nécessiteux. Mais aujourd’hui, nous sommes à notre 36 ème calebasse. Nous sommes les premières à avoir développés cette stratégie, sous le magistère de Wade, c’est Aïda Mbodj Ministre de la Femme à l’époque, qui nous avait interpellés lors d’un forum. Cette année-là, c’est l’un de nos projets avec les femmes qui évoluent dans la transformation des céréales locales, qui avait remporté le grand prix » déclare-t-elle ». Elle renseigne que personne ne peut développer les calebasses de solidarités comme elles le font. Et d’ajouter, « nous nous entraidons sur fonds propres, sans intérêt ni contrepartie sans l’aide de personne. Avec la première calebasse, c’est la somme modique de 1400 FCFA qui avait rassemblée et nous avons acheté un sac de sel, qui a été revendu entre nous. Aujourd’hui nous avons des centaines de millions, qui sont partagés sous forme de prêts sans intérêt ni aucun apport de la banque ». Selon elle, le projet couvre presque toute la ville de Thiès et le plus petit comité de Calebasse de solidarité compte entre 5 à 200 membres. « Cependant, il faut noter qu’il y a beaucoup de difficultés car nous n’avons qu’un seul partenaire Karim 6, qui à travers son coordonnateur national Djiby Thiam, nous aide à payer la location de notre siège et elle a également mis à notre disposition un animateur de collectivités qui nous apprend comment gérer notre argent. Tous les membres de la calebasse de solidarité sont bien formés dans différents domaines» explique-t-elle. Dans la même veine, elle note que le développement demande beaucoup de patience et c’est ainsi qu’elle est restée dix ans dans la structure avant d’en devenir la présidente ». Elle ajoute « je lance un appel solennel à toutes les femmes du Sénégal afin qu’elles s’impliquent dans le développement qui est avant tout un acte caritative, car permettant à la société de se développer ». Responsable politique du parti Rewmi, elle n’a pas manqué de réitérer son engagement derrière son leader Idrissa Seck et elle compte l’accompagner jusqu’au Palais. Sur la relation entre Idrissa Seck et Talla Sylla, elle invite ce dernier à se remémorer le jour des investitures « il est venu vers le Président Idrissa Seck en chantant, comme il a l’habitude de le faire en scandant « xamone nani dagnou dadié » (je savais qu’on allait se rencontrer). A l’en croire, Talla Sylla avait soutenu que le conseil municipal n’était pas l’objectif de son compagnonnage avec Idrissa seck et qu’ils allaient cheminer ensemble jusqu’au Palais ». Et lors des primaires Talla Sylla avait était battue et Idrissa Seck, pétri de qualités et dans sa dignité légendaire a refusé de céder devant le choix des conseillers car il avait déjà donné sa parole à Talla Sylla, rappelle Absa Laye. « Je tiens seulement à lui rappeler que le traitre de jouit jamais longtemps de sa traitrise » dit-elle
Sokhna Khady Sène

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*