La France rend hommage à Johnny Hallyday à Paris

Sur les Champs-Elysées, à Paris, les fans de Johnny Hallyday se sont rassemblés pour un dernier hommage à leur idole. Le cortège funéraire de la star a descendu l’avenue parisienne, en direction de l’église de la Madeleine, où s’est tenue une cérémonie religieuse en présence d’Emmanuel Macron. Dès la nuit de vendredi 8 à samedi 9 décembre, les fans ont commencé à se rassembler derrière des barrières et sur les Champs-Elysées, pour attendre les célébrations. 1 500 policiers et gendarmes étaient également mobilisés, pour éviter tout débordement.
Des milliers de personnes, anonymes, responsables politiques et vedettes de la chanson et du cinéma, se sont pressées tout au long de la matinée pour cet hommage au chanteur disparu.
A l’église de la Madeleine, la cérémonie religieuse en hommage à Johnny Hallyday a débuté à 13h10, dans le recueillement. Les personnalités politiques présentes occupaient les premiers rangs et devant l’église, la foule rassemblée était silencieuse.
A l’intérieur, les proches du disparu ont pris la parole, les uns après les autres. Philippe Labro, écrivain et parolier du chanteur (il lui a notamment écrit Oh, ma jolie Sarah ou encore Cadilla man), a ouvert le ban. Les actrices Carole Bouquet, Line Renaud et Marion Cotillard, émues aux larmes, ont également lu des textes, entrecoupés d’intermèdes musicaux joués par les musiciens.
A la sortie de l’église de la Madeleine, le cercueil du chanteur a été acclamé par la foule. Johnny Hallyday sera enterré lundi sur l’île antillaise de Saint-Barthélémy, où il possédait une propriété et qu’il affectionnait beaucoup. Sa dépouille partira dimanche matin par un vol direct.
« Johnny, c’était la vie »
Avant que la cérémonie funéraire ne commence, le président de la République a pris la parole, debout devant les marches. « Il fallait que vous soyez là pour Johnny parce que Johnny était là pour vous», a lancé le président de la République, qui imagine ce qu’aurait pu être la réaction du chanteur face à cette cérémonie, avant de revenir sur sa carrière. « Johnny était beaucoup plus qu’un chanteur. C’était la vie. La vie dans ce qu’elle a de plus souverain, de plus généreux ». Il a également qualifié le défunt de « destin français » et de « part de la France ».
rfi

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*