Gouvernance linguistique en Afrique: l’UA peut mieux faire. (Professeur Mbacké Diagne, Université Cheikh Anta Diop)

L’Union Africaine est en train de faire son bonhomme de chemin et est indéniablement en train de se construire et d’imprimer un destin pour le continent. Nous apprécions à ce titre le choix du thème de ce sommet qui porte sur les Arts, la culture et le patrimoine. Cependant elle tarde à aller à grands pas. Comment peut-on restaurer les arts et la culture africaine sans valoriser et utiliser les grandes langues du continent?

La culture africaine ne peut s’exprimer et fleurir que par le biais des langues africaines. Par conséquent décider que les langues de travail de L’Union sont: l’anglais, l’arabe, l’espagnol, le français et le portugais est la meilleure manière de vider le thème de ce sommet de toute sa substance. Pourquoi le swahili, le haussa et le pulaar ne peuvent pas rejoindre ces langues étrangères accompagnées d’un bon système d’interprétation et de traduction? L’Afrique ne peut pas rejoindre le banquet des continents dans la langue d’autrui. « Bëgg naa sama bopp du bañ naa la » (la charité bien ordonnée commence par soi-même). Nous disons que dans le domaine de la gouvernance linguistique, artistique et culturelle, l’UA peut mieux faire. La question de l’intégration africaine est aussi une question éminemment linguistique. Et ce n’est pas parce qu’elle est une question difficile qu’on ne doit pas lui trouver une réponse.

Seuls 20% environ de la population africaine parlent et écrivent ces langues étrangères. Comme j’aime à le dire dans tous mes textes, ne pas déclencher un processus d’intégration des langues africaines dans le système de gouvernance mène à une intégration des états et non celle des peuples africains. Une Afrique nouvelle, unie et forte ne peut renaître que des cendres culturelles et linguistiques.
Cette Afrique nouvelle ne doit pas du tout rejoindre le banquet des continents en parlant les langues des autres. Nous espérons que le mandat du Sénégal à la tête de l’UA (2022-2023), avec le président de la République Macky Sall à l’avant-garde, contribuera à la réalisation de grands pas dans ce domaine.

Professeur Mbacké Diagne, Université Cheikh Anta Diop

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*