Lamine Aysa Fall : « La priorité, c’est mobiliser les énergies pour le parrainage de notre candidat et maintenir cette dynamique»

CONTRIBUTION DE LAMINE AYSA FALL
APR Thiès : la nomination d’un coordonnateur de la Commune est une hérésie politique
Comment vous dire ? Cacophonie, brouhaha, voilà! Depuis un certain temps, la démarche de certains militants de la Capitale du Rail exprimée sans détour, par des sorties téléguidées depuis la Rue Abdoulaye Seck Marie Parsine a fini par provoquer le malaise au sein de l’Alliance pour la République. Mais, comment en est-on arrivé là ?
Le fait est que l’ivresse à la liqueur chaude des caravanes de campagne électorale arrimée à la victoire départementale de la Coalition Benoo Bokk Yaakaar aux dernières législatives à Thiès aura finalement donné de l’ambition à certaines personnes. L’appétit venant à force de s’empiffrer, certaines catégories de militants de base (jeunes, femmes, élus ou non) avides de petits sous ont fait le pari d’être les fanfares de personnalités dont les responsabilités politiques de terrain s’accommodent parfaitement d’une gestion par procuration. Toutes ses déclarations répercutées dans la presse depuis près d’un an, projettent de nous imposer une nouvelle fois le débat autour d’une éventuelle nomination d’un coordonnateur communal de l’APR et de BBY. Comprennent-ils vraiment que Thiès n’est plus un « No Man’s Land » ? Au sortir des élections législatives, avec une différence de voix d’une trentaine de mille favorables au Président Macky SALL, le parti d’Idrissa SECK venait définitivement de perdre les sièges alloués au département de Thiès à l’Assemblée nationale. Ce travail gigantesque est l’œuvre de l’ensemble des quinze collectivités locales dont trois seulement intéressent la Commune.
Toutefois, du fait d’un défaut d’évaluation d’une activité considérée comme une œuvre collective, tous les manquements sont passés à la trappe. Dieu sait qu’il y a eu des ratés, et la tête de liste d’alors ne me démentira pas. Jugé « pas charismatique » et « fragile en communication » par rapport au contexte politique locale, celui que certains militants proposent à la tête de la Commune de Thiès n’a jamais décliné publiquement une quelconque ambition à diriger politiquement la ville. S’y ajoute que la situation depuis 5 ans n’a pas beaucoup évolué en terme de motivation et de mobilisation de ressources internes. Pour la plupart des responsables de base de l’APR à Thiès, les possibilités d’être utiles aux populations sont très faibles et très décevantes : d’où les multiples frustrations vécues en permanence. Même la mise sous perfusion financière de responsables locaux sédentaires pouvant leur faciliter la prise en charge minimale des préoccupations des populations fait drastiquement défaut.
En tous les cas, à six mois des élections présidentielles, le choix d’un patron pour la Commune de Thiès ne saurait être ni une préoccupation majeure pour le Candidat Macky SALL, ni au centre du viseur des responsables politiquement reconnus à Thiès par les plus hautes instances du parti. Notre ville a besoin de l’unification de l’ensemble des possibles de l’Alliance pour la République pour réélire son candidat au 1er Tour, en février 2019. Dès lors, en tant qu’acte s’opposant fondamentalement à la norme et à la logique des choses, ce serait une hérésie que de vouloir se fonder sur des gesticulations même militantes, pour imposer un coordonnateur aux Républicains Thiessois.
Ce choix, même s’il était porté sur une figure charismatique dont l’influence sociale, culturelle, politique et religieuse était incontestable, ne saurait prospérer compte tenu des urgences du moment corrélées à la diversité caractérielle des forces en place dans les trois communes.
L’APR à Thiès regorge de potentialités, il faudra savoir en user sans en abuser. La gestion collégiale à l’image de « la conférence des leaders » au sommet est le schéma idéal à instaurer à la base. Une bonne stratégie sera d’arriver à faire travailler tous les responsables, en synergie, dans une dynamique de groupe. La priorité à ce moment est de mobiliser toutes les énergies pour le parrainage de notre candidat et maintenir cette dynamique jusqu’à la victoire finale. A l’instant où l’opposition est dans la rue et ne rate jamais l’occasion de remplir des listes de parrainages de ses innombrables candidatures, nous devons sécuriser nos bases respectives, la main dans la main, dans la solidarité et l’appui mutuel. Car in fine, la politique est aussi une affaire de « périmètre », et à l’instar de l’armée, si chaque Commandant gère bien son carré, tout le territoire sera protéger. Et comme le dit si bien Jean-Paul SARTRE, à chacun sa place et les bœufs seront bien gardés.
Toutefois, à défaut d’être élu, le choix de coordonnateur pour une localité obéit à l’origine aux besoins immédiats d’un parti ou coalition dans l’après-victoire électorale, mais non pas aux exigences d’avant-bataille électorale. C’est-à-dire que la période idéale de désignation d’une tête de file en politique s’insère incontestablement dans l’euphorie d’une victoire obtenue de haute lutte. Or, contrairement à certaines idées reçues, penser opérer une telle manœuvre en période pré-électorale est de l’ordre du sabotage et de la division, car cela participe de l’implosion des dynamiques positives. La victoire au premier tour du Candidat Macky SALL sera une victoire commune et collective ou ne sera pas. Nous devons nous mettre dès à présent, sans exclusive, dans une perspective de revendication de notre « droit à la participation » à cette victoire. Si non, la question que nous sommes en droit de nous poser serait : Que veulent les partisans d’un choix de coordinateur? Apporter de l’instabilité là où il n’y en avait pas ?

Lamine NDIAYE Aysa Fall
Vice-Coordonnateur BBY Thiès nord
Militant APR

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*