Le mouvement « Arc-en-ciel » »Ëlëg Sibiir » sur la vie chère: « la 1ère mesure doit être de s’attaquer au train de vie de l’Etat »

Déclaration de « Arc en ciel »

Le Bureau du mouvement Arc en ciel « Ëlëg sibiir » s’est réuni le lundi 27 août 2 022 à 16 heures à son siège aux Hlm Nimzatt extension à Dakar, pour examiner la situation politique nationale marquée notamment par les difficultés persistantes de la vie des sénégalais sous le régime de Macky Sall et des péripéties de la rentrée parlementaire.

S’agissant de la rentrée parlementaire, les membres de « Ëlëg sibiir » Mouvement Arc en ciel se sont félicités du comportement courageux et responsable des Députés de l’opposition, ce qui leur a épargné la furie de Benno Bokk Yakaar coutumier de faits de violence dans l’Hémicycle. En effet, les sénégalais se rappellent encore du traitement humiliant et dégradant, avec leurs vêtements déchirés, réservé à Mamadou Diop Decroix et Omar Sarr lors de la dernière législature, par les Députés de la majorité. Personne, ni le Président Macky Sall lui-même, ni aucun des donneurs de leçons actuels, n’avaient condamné la dérive.

S’agissant de la concertation sur la vie chère évoquée, les membres du Bureau de Arc en ciel sont étonnés que Monsieur Macky Sall soit « étonné » de la réalité de ce que vivent les sénégalais au quotidien et considèrent les mesures préconisées comme de simples « door marteaux » ou effet d’annonce, sans impact sur la réalité économique. En effet tout le monde sait que c’est la structure même de l’économie sénégalaise qui fait que la vie des citoyens ne peut qu’être difficile.  En effet, si les intentions déclarées étaient sérieuses, la première mesure aurait été de s’attaquer d’abord au train de vie somptueux de l’Etat que supporte le contribuable et à la corruption constatée à tous les niveaux de la vie sociale. Et la décision de recruter un millier de volontaires pour les services du contrôle économique, va plutôt amplifier le fléau mais ne va en aucun cas régler la question des prix au consommateur. En tout état de cause, le panier de la ménagère ne pourrait être allégé durablement que si les droits de douane sur les produits de consommation courante  sont  allégés. Il s’y ajoute comme pour l’amplifier que le Port autonome de Dakar répercute de lourdes charges qui souvent, n’ont rien à voir avec son objet social, sur le prix de revient des marchandises en transit dans ses services.

                                                               Fait à Dakar le 28 août 2 022

                                                        Le Président Sheikh Mamadou Dieng

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*