Ligue des champions : en patron, le Real Madrid se qualifie et élimine le PSG

Après une première période vierge de but, le Real Madrid a réussi à débloquer logiquement le compteur par Cristiano Ronaldo, avant de gérer ensuite (2-1). Le tout au sein d’un huitième de finale retour que les Merengue auront maîtrisé à merveille. Le PSG, décevant et éliminé de la Ligue des champions, va mettre du temps à s’en remettre.
Un Real en patron…
«Paris, fais nous rêver», tel était le message des supporters parisiens à l’entrée des deux équipes sur la pelouse du Parc des Princes. On le savait, avec deux buts à remonter, Paris devait impérativement commencer sa partie tambour battant. Sauf qu’entre un déchet technique assez catastrophique, notamment de la part de DI Maria, et un Real Madrid d’une sérénité déconcertante, le plan parisien ne pouvait pas vraiment être respecté. Le PSG ne faisait passer qu’un premier frisson dans la surface des Merengue qu’à quatre minutes de la mi-temps : un mouvement entre Alves et Verratti, qui refusaient la frappe, arrivait sur Di Maria dont le centre du droit était bien trop imprécis (41e). Deux minutes plus tard, le match aurait pu complètement basculer si Mbappé n’avait pas oublié Cavani au point de penalty. Le Français préférant frapper (43e). Une action qui ressemble à un tournant… surtout quand on connaît la suite.
Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité
Le tout, au cœur d’un premier acte où le Real récitait son football. Entre un Sergio Ramos en mode muraille, une doublette Casemiro-Kovacic qui contrôlait parfaitement ou un Asensio qui faisait passer quelques frissons, le Real prouvait bien qu’il était le double champion d’Europe en titre. Et sans un Areola des grands soirs(arrêt réflexe sur une tête de Ramos, 18e et déviation d’un tir de Benzema en face-à-face, 38e), ce huitième aurait pu très rapidement être plié. Et pourtant, après 45 minutes, tout était encore possible.
…avant de voir Cristiano Ronaldo plier l’affaire
Au retour des vestiaires, avec les cinq dernières minutes un peu folles de la première période, l’espoir était de retour. C’était sans compter sur un certain Cristiano Ronaldo. Déjà buteur à l’aller, le Portugais mettait fin à tout suspense d’une tête après un centre parfait de Lucas Vazquez (0-1, 51e). Un but qui a pu être rendu possible par une grosse erreur de Daniel Alves, qui perdait le cuir dans sa partie de terrain. Marco Asensio s’amusait avec le Brésilien, avant de «caviardiser» Lucas Vazquez. Un coup de massue pour une ouverture du score finalement méritée tant ce match, de leur côté, se conjuguait au plus-que-parfait. Et ce n’est pas l’égalisation de Cavani, chanceux après une remise de Thiago Silva et une première tentative de Javier Pastore (1-1, 71e) qui changeait vraiment les choses. Surtout que Casemiro mettait un point final à ce huitième à dix minutes de la fin, après une frappe déviée par Marquinhos, suite à un mauvais dégagement de Rabiot (1-2, 80e). Et ce alors que le Real a également touché les montants à deux reprises avec Asensio (69e) et Vazquez (83e). 3-1 à l’aller, 3-1 au retour, un café, l’addition.
Oui, Neymar a (énormément) manqué
Sans sa star à 222 millions d’euros, au Brésil pour se soigner après son opération, Paris a rapidement compris que Neymar lui manquait. On se disait que la présence d’un Di Maria hors norme, en Ligue 1, en ce moment pouvait suffire. En fait, pas du tout. Au-delà des statistiques, des buts, des passes décisives, l’impact du Brésilien est inchiffrable. Ses déplacements, ses accélérations, sa disponibilité usent l’adversaire, et le poussent à être davantage concentré sur l’ancien du Barça que sur le reste. Di Maria, si bon soit-il, n’est pas Neymar. Et Kylian Mbappé, à l’instar du match aller au Bernabeu, n’a été que trop peu trouvé, muselé par Dani Carvajal, puis Marcelo, sans jamais réussir à trouver son rythme. S’il avait ébloui l’Europe lors de son premier exercice européen avec Monaco, Mbappé apprend encore, il est vrai qu’il a déçu. Une ligne d’attaque en difficulté donc, et qui aura perdu son duel aller-retour dans les grandes largeurs face à des Sergio Ramos, Raphaël Varane ou Marcelo à un niveau exceptionnel.

francefootball

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*