Mali/ Mort en Turquie de l’ancien Président Amadou Toumani Touré dit ATT

WASHINGTON - FEBRUARY 12: (AFP OUT) Mali President Amadou Toumani Toure poses for photographers during a meeting with U.S. President George W. Bush in the Oval Office at the Whtie House February 12, 2008 in Washington, DC. According to White House Press Secretary Dana Perino, the two leaders discussed insecurity in northern Mali, the President?s Malaria Initiative and the Millennium Challenge Account, among other subjects. (Photo by Chip Somodevilla/Getty Images)

C’est une figure de l’histoire politique récente du Mali qui s’est éteinte. Amadou Toumani Touré est décédé dans la nuit de lundi à mardi en Turquie. ATT, comme il était surnommé, est décédé des suites d’une opération au cœur.

Avec notre correspondant à Bamako, Serge Daniel

Au Mali, on l’appelait surtout par ses initiales : ATT, Amadou Toumani Touré. Il est décédé dans la nuit de lundi à mardi en Turquie. C’est sa famille qui a donné l’information. Il venait d’être évacué de Bamako par un vol régulier, accompagné d’au moins un médecin.

D’après nos informations, peu avant son départ du pays, effectivement, l’ancien président du Mali avait été admis d’urgence à l’hôpital Le Luxembourg, qu’il a fondé avec son épouse Lobbo. Il y a subi une opération délicate du cœur et était retourné conscient à son domicile.

Un ancien parachutiste

Il a fêté le 4 novembre dernier ses 72 ans, ATT c’était avant tout un militaire, un parachutiste, produit de l’armée malienne, béret rouge vissé sur la tête. En mars 1991, il avait pris le pouvoir après des manifestations contre l’ancien président Moussa Traoré.

Un an après, il avait remis le pouvoir aux civils et il était devenu ce que l’on a appelé à l’époque « le soldat de la démocratie ». Dix ans après : tapis rouge. Il avait été élu président de la République. Il avait alors ouvert de nombreux chantiers, grand bâtisseur, gros travailleur. Il a développé son pays et proposé une politique du consensus.

En janvier 2012 : les jihadistes attaquent l’armée malienne dans le nord et en mars 2012, alors qu’il s’apprêtait à quitter le pouvoir deux mois plus tard, ATT est victime d’un coup d’État militaire. Il part en exil à Dakar. Il reviendra triomphalement dans son pays quelques années plus tard.

Cette nuit, c’est très discrètement qu’il a quitté la scène en Turquie.
source RFI

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*