Moussa Sarr SG Adjt LD «Nous voulons que bby se transforme en un parti et gère le pays jusqu’en 2035»

De tous les grands partis alliés membres de la mouvance présidentielle, la LD est la seule qui n’a pas de représentant au sein du gouvernement. Cette question et bien d’autres ont été évoquées dans cet entretien par le Secrétaire Général
Adjoint et porte-parole de la Ligue Démocratique, Moussa
Sarr.

Il a été noté l’absence de la Ligue Démocratique (LD) dans le gouvernement. Quels commentaires en faites-vous ?
C’est vrai, la LD est absente de la nouvelle équipe gouvernementale.
Nous en avons pris acte, car c’est le président de la République qui a la prérogative constitutionnelle de nommer aux emplois civils et militaires. Nous n’avons pas d’états d’âme là-dessus parce que simplement, nous avons au cours de cette période assumé notre choix en investissant le président de la République, au mois d’octobre dernier, comme notre candidat pour la dernière présidentielle. Ce choix a été fait suite à l’analyse de la situation nationale, ainsi que du bilan des sept ans de pouvoir, pour estimer que ce qu’il y a de mieux pour notre pays, c’était de donner un second mandat à Macky Sall. Par la suite, nous avons battu campagne et nos responsables ont été à côté du président de la République durant sa campagne à l’intérieur du pays, notamment à Ziguinchor avec notre camarade le Secrétaire
Général. A Dakar comme dans les régions, le parti a battu campagne pour un vote massif pour le candidat de BBY. C’était cela notre responsabilité historique, que nous avons assumée.
Pour le reste, cela relève des prérogatives constitutionnelles du président de la République. Nous réaffirmons notre ancrage dans la Coalition Benno Bokk Yakaar.
Lors de notre dernier congrès, nous avions dit que nous allions faire tout pour que le nouveau mandat du président de la République réussisse plus et mieux que le premier. Car il y va de notre crédibilité et de notre honneur.

N’est-ce pas une manière de vous dire que vous n’avez pas bien travaillé, contrairement aux autres alliés ?

La LD a bien travaillé au sein de la coalition BBY. Notre camarade Nicolas Ndiaye est l’un des membres les plus assidus et les plus déterminants du Secrétariat Exécutif de BBY. Il y siège et y prend des initiatives et des responsabilités. Yéro Deh qui est notre président d’honneur est le président du Conseil des Sages de BBY. Moi-même, je suis membre de la cellule de communication de la coalition ; et c’est à ce titre que, pendant la campagne, j’ai participé à plusieurs débats. Notre absence du gouvernement, nous ne l’apprécions pas en termes de présence des uns ou des autres. Notre rôle aujourd’hui, c’est de nous mobiliser pour que ce nouveau mandat puisse être une réussite afin que les Sénégalais aient assez d’infrastructures routières et sociales de base, partout dans le pays, et assez d’emplois pour les jeunes.

L’autre fait marquant dans cette formation du nouveau gouvernement est la suppression du poste de premier Ministre. Quel commentaire ?

Je crois que nous devons tous attendre l’exposé des motifs du projet de loi qui sera soumis à l’Assemblée nationale. C’est à ce moment que nous connaîtrons les intentions du président de la
République. Mais, en attendant, nous pouvons quand même marquer notre accord avec la volonté qu’il a exprimée en disant qu’il compte soumettre à l’Assemblée nationale ce projet de loi pour supprimer le poste de premier Ministre, afin d’être en contact direct avec les ministres. Ce sera aussi une manière d’être en mesure de pouvoir procéder de manière diligente à l’examen des dossiers et de supprimer ainsi les goulots d’étranglement. Cette suppression lui permettra d’avoir une administration beaucoup plus moderne, performante et rapide. Si nous arrivons à réussir cela, ce sera tout bénéfique pour le Sénégal. Dans tous les cas, nous de la LD, nous sommes favorables à l’équilibre des pouvoirs.

Qu’est-ce que vous voulez dire pas là ?

Les pouvoirs, exécutif, législatif et judicaire, sont des piliers de l’Etat de Droit ; et nous sommes favorables à l’équilibre des pouvoirs. La Constitution, lorsqu’elle sera révisée, contrairement à ce que certains pensent, cela ne va pas forcément accroître les pouvoirs du président de la République ; mais d’autres réformes sont envisagées, qui seront soumises aux acteurs politiques. Par exemple, le président a toujours montré son souhait d’apporter des réformes dans le secteur de la Justice ; ce qui montre qu’il est ouvert à toutes les propositions. Il aurait été intéressant, dans cette volonté, de procéder à cette réforme de la Justice afin de déconstruire la perception que les sénégalais ont de la Justice, qui consiste à dire qu’elle est totalement soumise à l’exécutif. C’est une perception à déconstruire. Et si celle-ci doit aller jusqu’à ce que le président de la République ne siège plus au Conseil Supérieur de la Magistrature, de même que le ministère de la Justice, Garde des Sceaux, je pense que c’est une bonne chose.

Est-ce que l’indépendance de la Justice dépend uniquement des juges ?

Non, elle ne dépend pas seulement des juges ; mais la Justice elle-même ne doit pas être seulement une affaire des juges. La réforme de la Justice ne doit pas être perçue de manière relativement tronquée. On a l’habitude de dire ici que le président de la République doit démissionner du CSM. C’est un fait ; mais si nous voulons réformer la Justice, il faut que nous arrivions à ce que la Justice ne soit plus une affaire des juges. Il faut qu’elle soit ouverte à d’autres personnes comme les universitaires, les organisations de la société civile et bien d’autres secteurs. Car la Justice est rendue au nom du peuple sénégalais. Dans ce Conseil Supérieur de la Magistrature, des personnes importantes doivent siéger, parce qu’elle ne doit plus être une seule affaire des Juges. L’indépendance de la Justice doit aussi concerner les Juges, car c’est à eux d’arracher cette indépendance. Ils doivent se donner les moyens de leur indépendance.

Dans la situation actuelle, est-ce que les juges peuvent être indépendants s’il y a des dossiers orientés et d’autres procédures instrumentalisées ?

Je disais tout à l’heure que les réformes que le président de la République envisage touchent l’exécutif. Et en voulant supprimer le poste de premier Ministre, il commence d’abord par ce pouvoir; mais j’imagine que ces réformes, pour avoir un mieux d’Etat, vont toucher également les corps de contrôle. Tel que la loi existe dans ce pays, c’est vrai que les dossiers auxquels vous faites allusion sont destinés au président de la République ; et tant que nous n’aurons pas changé les dispositions légales, ces dossiers seront toujours déposés sur la table du président de la République. Cela donne sens au dialogue que nous devons avoir dans ce pays. Il nous faut donc aller à un dialogue constructif, en mettant toutes les réformes qui sont arrivées à maturité sur la table pour en discuter. Il faut aussi que les gens s’accordent sur une mise en oeuvre de ces réformes.

Dans ce nouveau gouvernement, le président de la République a décidé de séparer le ministre de l’Economie, des Finances, du Plan et de la Coopération en deux ministères. Est-ce une bonne idée pour la gestion des ressources financières du pays?

Depuis que cette décision a été rendue publique, avec la formation du gouvernement, tous les spécialistes ont salué cette initiative. Ils ont pensé qu’en faisant du ministère de l’Economie un ministère plein et à part, cela va donner plus d’efficacité et de visibilité à l’économie du pays. Parce que jusqu’ici, les Finances avaient tendance à prendre le dessus sur l’Economie. Il est important d’avoir un ministère de l’Economie qui joue bien son rôle. Le président de la République a dit, lors de la campagne électorale, qu’il veut atteindre le nombre d’un million d’emplois. Et pour cela, il nous faut une économie forte, et continuer à avoir ce taux de croissance, aller au-delà des 7% et envisager même une croissance à deux chiffres.
Pour y arriver, il faut que les autorités prennent des initiatives fortes au plan économique.

Comment la LD prépare-t-elle les locales à venir ?

Nous sommes en train de travailler pour la massification du parti tout en maîtrisant nos effectifs.
L’objectif immédiat est d’être fortement présent aux élections locales. Nous voulons avoir le maximum de maires et de conseillers aux prochaines locales. C’est notre option première, pour laquelle nous allons nous mobiliser pour que la Coalition BBY ait des listes consensuelles afin qu’on y aille ensemble. De 2012 à nos jours, à chaque fois que BBY est allée ensemble avec les autres partis, elle a gagné les élections. Il nous faut maintenir cette dynamique victorieuse aux prochaines joutes électorales. Pour les locales, l’options de la LD est d’aller partout où c’est possible avec BBY. Et dans des lieux où cela ne sera pas possible, les responsables vont prendre leurs responsabilités.

La LD envisage-telle d’avoir un candidat issu de ses rangs pour 2024 ?

La LD aura bien un candidat. Sera-t-il issu des rangs de notre parti, ou la LD va-t-elle soutenir un autre candidat ? Nous ne pouvons pas nous prononcer là-dessus, parce que nous sommes en
2019 et nous ne savons pas ce qui adviendra en 2024. Mais nous nous préparons à toute éventualité. Nous savons que BBY doit survivre au-delà de 2024. Au sein de la LD, nous voulons dépasser la Coalition BBY afin qu’elle puisse se transformer en un grand parti de rassemblement, pour qu’elle garde le pays jusqu’en 2035. C’est notre souhait et nous travaillons pour y arriver.

Quelles appréciations faites-vous du refus des leaders de l’opposition de répondre à l’appel du président de la République?

Nous avons le regret de constater que, depuis un certain temps, l’opposition, par ses prises de positions et sa démarche, ne semble pas être à la hauteur des exigences démocratiques. L’opposition dite significative a boycotté, depuis les élections législatives, lors de toutes les rencontres du président de la République organisées autour du processus électoral.
Malheureusement dans ce pays, elle a fait du boycott une démarche politique systématique; or la politique de la chaise vide ne donne pas des résultats. Ils ont même boycotté la rencontre sur les concertations portant sur la redistribution des ressources issues du pétrole et du gaz. Si nous voulons avoir une démocratie forte, il nous faut une opposition digne et crédible. Les questions comme le statut de l’opposition doivent être discutées, parce que c’est écrit dans notre Constitution. Il faut qu’elle aille à la table des négociations pour discuter du statut de l’opposition et de celui de son chef, pour savoir si c’est le parti qui a le plus de députés à l’Assemblée nationale qui sera le premier parti de l’opposition ou si c’est la formation politique arrivée deuxième à l’élection présidentielle qui aura ce droit.
Source l’AS

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*