N’Djamena, une capitale en état de siège ?

N’Djamena a des allures d’une ville en état de siège ce mardi. Des militaires lourdement armés ont été déployés dans plusieurs coins de la capitale tchadienne.

C’est dans ce contexte que la France a déploré la perte d’un allié dans la lutte contre les djihadistes au Sahel.

 »Je dois dire que la France perd un allié essentiel dans la lutte contre le terrorisme au Sahel. Le président Déby, qui assurait la présidence du G5 Sahel depuis quelques semaines maintenant, était très engagé dans cette présidence, il avait notamment pris la décision de déployer le bataillon tchadien, un bataillon de 1.200 hommes dans la zone des trois frontières. », a souligné Florence Parly, la ministre française des armées..

Paris appelle à la mise en place d’un processus de transition démocratique et au respect de la stabilité du pays. Alors que les rebelles du Front pour l’alternance et la concorde au Tchad ont rejeté le comité militaire de transition dirigé par le général Mahamat Deby. « Nous rejetons catégoriquement la transition. Nous comptons poursuivre l’offensive », a assuré Kingabé Ogouzeimi de Tapol, le porte-parole du Front pour l’alternance et la concorde au Tchad depuis Libreville. Et d’ajouter,  » Le Tchad n’est pas une monarchie. Il ne doit pas y avoir une dévolution de père en fils  ».

Le 11 avril, jour de l’élection présidentielle que l’ex-chef de l’Etat a remporté dès le 1er tour, le FACT, un groupe politico-militaire tchadien avait fait une incursion dans le nord du pays en provenance de Libye. Désormais, il menace de marcher en direction de N’Djamena . « Nos troupes sont en route vers N’Djamena, mais nous laissons 15 à 28 h pour que les fils de Déby enterrent leur père comme le veut la tradition », a affirmé leur porte-parole.
africanews avec l’AFP

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*