Ousseynou Kéita sur la problématique du foot à Thiès, « il ne sied pas d’individualiser le sujet »

Que le débat se poursuive 

J’ai parcouru avec beaucoup d’intérêt la contribution de Cheikh Fall paru à la suite du débat posé très habilement et fort opportunément dans les colonnes de l’AS du 15 décembre 2022 , par MBaye Samb , consécutif à la réflexion sur l’état du football Thièssois en général et plus spécifiquement sur la situation de  l’Usc rail et les perspectives de relance de ce club, reprise intégralement par le journal sportif score.

Je le remercie et le félicite pour cette production magistrale et confonds tous ceux qui par écrit ou par d’autres canaux ont manifesté leur intérêt sur la question dans ces remerciements et félicitations.Il a raison sur bien des points notamment ceux relatifs :

⁃ A l’atomisation dispersive aliénante et destructrice de notre football local .

⁃ A la bataille de tranchée récurrente qui a caractérisé trop souvent les relations exécrables entre les dirigeants d’un même club ou de clubs différents le tout accroché à une adversité excessive et perturbante.

Les assises qu’il suggère ou le séminaire que nous préconisons offriront l’une ou l’autre probablement l’occasion d’approfondir le débat, mais surtout de nous ferrer à l’essentiel c’est à dire identifier les voies à explorer et les moyens à mettre en œuvre pour tirer le rail de la situation dommageable où il se trouve involontairement empêtré par notre faute avec l’espoir que cela serve de déclic et de relance plus globalement au football d’ensemble Thièssois.

En attendant, il convient peut-être de rétablir l’état des lieux exact , mal décrit, pour une meilleure justification et acception de la démarche , et duquel s’il est bien cerné pourrait jaillir les esquisses de solutions à cette crise. Il ne sied pas non plus d’individualiser le sujet et surtout pas le ramener à un conflit d’hommes, si l’on sait que ceux qu’on essaye d’opposer, n’ont en la matière ni le même background, ni la même trajectoire et ne boxent donc pas sur le même ring.

L’on n’aurait certainement pas non plus éprouvé le besoin, ni affiché la volonté d’initier cette réflexion afin de susciter un débat constructif sur la question ,si l’espace d’un matin , nous habitait seulement, le sentiment que le rail d’avant 2002 n’est que le clone du rail d’après 2002, pour la raison simpliste que ni l’un, ni l’autre n’a  rien gagné.

Dans ce cas, l’on se serait résigné de guerre lasse , contraint de subir passivement le désastre dans une attente corrosive et ennuyeuse. Si tel était le cas aussi la réflexion n’aurait pas d’utilité et n’aurait certainement pas entraîné l’engouement manifesté. Non, ne mélangeons surtout pas pour parler de manière triviale les serviettes et les torchons. Posons un diagnostic juste de la situation , sans démagogie coupable ni rancune éblouissante, loin de tout réflexe émotif ou de tout jugement de valeur mal placé.

Le résultat ne se mesure pas seulement à l’aune du nombre de trophées glanés. Il y’a d’autres paramètres aussi importants et valorisants, comme la crédibilité, la respectabilité, l’admiration et la crainte affective, le carnet d’adresses , la capacité de procéder avec succès à des appels de fonds , pour ne pas dépendre exclusivement de la subvention , l’entregent , ou encore les initiatives novatrices , relatives au standing des joueurs ,des techniciens et des encadreurs , par une prise en charge salariale ou indemnitaire attractive et  révolutionnaire  , une logistique propre moderne , un siège fonctionnel et équipé en matériel médical et de préparation physique de dernière génération, faisant l’envie de beaucoup de clubs et qui explique l’offre de service mutuellement avantageux de cabinets médicaux  de la place , dans un accord de partenariat gagnant gagnant et last but not least , une bonne gestion administrative et financière , qui peuvent être agités et sur lesquels nous reviendrons le cas échéant avec beaucoup plus de détails d’exemples et de précisions. 

Comme cela a été souligné ailleurs, l’erreur c’est de penser que tout le monde peut diriger, alors que n’est pas  dirigeant qui veut. L’on peut noter également que de 1995 à 2002  le rail a été vice champion au terme d’une saison record pleine et inédite, sans défaite et a remporté pour la première fois dans l’histoire du football Thièssois, la coupe du parlement, en même temps qu’il est sorti victorieux de tous les tournois auxquels il a participé à côté des plus grands clubs du pays le jaraaf la  JA Goree le Ndiambour , la coupe de la saint sylvestre. 

Les Thièssois , ou plus précisément les fans du rail , dans un environnement antagoniste marqué , sont sans aucun doute , dans leur écrasante majorité , nostalgiques des joutes incandescentes de grands crûs , aux stades Maniang Soumare et Lat Dior  opposant leur équipe fanion au jaraaf à la JA à Gorée à la SEIB à la  Linguère au Casa Sport à l’asfa à la police etc .

C’est la réminiscence de ces fortes émotions vécues par toute une ville des générations durant et celles d’avant , perdues au grès des vicissitudes du temps et de la turpitude humaine et le souhait et la volonté de les revivre qui conditionne motive et justifie une telle initiative laquelle suscite déjà et c’est heureux un engouement d’appropriation et de partage inattendu.

Que le débat se poursuive  donc car de la contradiction jaillira la lumière salvatrice.

Ousseynou kéita

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*