Sans permission/ Quand le journaliste communicant Cheikh Fall s’adresse à l’ancien député Maire de Khombole

SANS PERMISSION !!!

                                 PAR Cheikh Fall JOURNALISTE COMMUNICANT.

A Mon Cher Ami Ababacar Ba ancien député Maire de Khombole.

Quand on s’adresse à son idole, on n’a point besoin de permission. Egalement, quand le devoir de mémoire vous y oblige, point de permission. Enfin, quand l’heure de tremper la plume s’affiche à l’horloge, point de permission. Sans doute, mon cher Mbaye SAMB va tolérer ce long paragraphe ou chapitre, pour expliquer cette note destinée  à notre chère idole Ababacar Ba.

Ancien Maire de Khombole puis député à l’assemblée Nationale du Sénégal et à la CEDEAO. Voilà qui devrait suffire pour qualifier ce génie, d’une intelligence rare. Pour l’avoir côtoyé et accompagné à l’étranger, dans une de ses nombreuses missions en quête de mieux-être pour ses administrés de khombole, nous nous permettons. Oui j’ai eu le privilège de l’accompagner en Roumanie en 2010 ou 2011 (Mbaye SAMB, témoin oculaire de cette mémorable visite me dira la date exacte). Tout comme je lui pardonne d’avoir défoncé la porte de ma chambre au lendemain de notre arrivée en terre roumaine. Je vous épargne les belles photos des merveilles de villes comme Urzicénie, au cœur de la capitale roumaine Bucarest.

Ce n’est pas l’objet de ma note. Ici je veux marquer mon  soulagement quant j’ai appris que notre cher ami Abababar Bà a pris la décision de retourner aux sources, pour ne pas dire au royaume d’enfance. La décision d’accompagner le Président de la République dans son œuvre de construction nationale. Oui Babacar, cette décision est celle qui cadre avec votre posture, votre vécu et votre maîtrise de la gestion des affaires de la cité. Tu n’avais plus le droit de t’éloigner encore davantage de ton khombole, qui te porte dans son cœur. Vous l’avez servi avec brio. Durant vos mandats  de Maire, comme de député, vous avez autant que vous le pouviez, porter haut le flambeau de cette ville aux fromagers.

Un label que votre intelligence et votre sens de l’initiative a sauvegardé. Vous y veillez et vous  abattez un énorme travail pour l’image de cette ville, coincée certes par son statut de commune déshéritée. En tant que Maire vous avez, doublé de votre passion inouïe, amené le sport khombollois à un niveau jamais égalé. S’il y’avait des droits d’auteurs à réclamer dans le milieu du football professionnel, personne n’est mieux placé que vous, pour en bénéficier.

J’ai suivi toutes les péripéties de la gestion du football et de l’ASC khombole. Dans le domaine de la coopération décentralisée, il est difficile de vous battre. Idem dans le volet social. Votre sens du partage et de la solidarité est connu de tous les fils de Khombole. Au vu de ce tableau somme toute très sommaire, on est en droit de se demander pourquoi alors Ababacar Ba n’a pas été réélu Maire de la commune de Khombole. La réponse qui est naturellement politique, on  la trouvera dans les motivations de votre nouveau parti politique et de votre cheminement avec Modou Diagne Fada. Mais Comme dirait l’autre, le chemin de l’homme politique est toujours long et parsemé d’embûches. Bref Ababacar Ba a un parcours politique atypique, qui le prédestine à toutes les sommités. Et il est heureux qu’il accepte de rejoindre la mouvance présidentielle, pour mieux servir son peuple, mais aussi et surtout Khombole.

L’intérêt de ce rapprochement, c’est qu’il peut bien être un déclic pour l’envol de khombole. Aujourd’hui, le visiteur qui débarque à Khombole se pose la question suivante : Qu’attend cette ville aux atouts indéniables, pour se développer. Où est l’héritage de feu Momar Seyni Mbengue, toujours épaulé par son regretté compagnon Mbaye Boye ? Le Ministre Serigne Mbacké Ndiaye est interpellé tout comme toutes ces filles et fils de cette charmante ville, qui ne demande qu’un sursaut d’orgueil.

Mon cher Ababacar, j’ai eu écho de ta contribution à la victoire de la jeune équipe municipale de Khombole, dirigée Maguèye Boye, dont le père Mbaye fut un modèle d’amour pour l’épanouissement de Khombole. Il a plus que jamais besoin de votre expertise, pour la réussite de son challenge. Si vous êtes tous animés du même sentiment et de la même volonté de transformer Khombole en ville modèle et référence, vous ne devrez pas vous méconnaître.

Mon cher Ababacar, merci de m’avoir redonné goût et plaisir de parler de Khombole, qui m’a beaucoup façonné durant l’accomplissement de ma mission dans la Région de Thiès. Désormais, je suis à vos trousses, car je souhaite que cette nouvelle page qui s’ouvre sur votre parcours politique, apporte bonheur et prospérité aux populations de Khombole. Et on n’a pas forcément besoin d’être maire pour y arriver. Ensemble pour un Khombole Emergent, tout le monde y gagne

Le SANS PERMISSION est-il permis !!!

Cordialement votre.

                                            Cheikh Fall, Journaliste- communicant

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*