Serigne Mboup Directeur Général SAR: « Cela peut faire sourire certains, mais la SAR se porte bien »

Dans cet entretien recueilli en marge du lancement de l’opération de reboisement dans la commune de Pire, le Maire Serigne Mboup, par ailleurs Directeur Général de Société Africaine de Raffinage (SAR) est revenu sur la situation de la SAR. Sur le livre de Thierno Alassane Sall, il déclare, « quand on dit des choses de cette nature, on y lit forcément de la rancune, de l’aigreur »

Quelle est l’importance de cette opération de reboisement, que vous lancez en tant que Maire de la commune de Pire ?

Je me réjouis d’abord de cette belle initiative qui rentre dans le projet global et ambitieux du Chef de l’Etat, qui a fait du Sénégal vert, du reboisement, du zéro déchet, un axe majeur du Plan Sénégal Emergent (PSE). En effet le dérèglement climatique, avec ses effets a fait que nous sommes en devoir de redonner à la nature ses droits de noblesse. Il s’agit de planter des arbres, recréer des bois villageois, pour que la faune puisse encore se redévelopper, mais c’est aussi nous occuper globalement de notre cadre de vie.

Dans la mise en œuvre de projets de ce genre, se pose très souvent la problématique de l’entretien et du suivi. Avec-vous pris en compte cette dimension ?

Je dois d’abord préciser qu’il s’agit d’une initiative de 2.020 arbres dans la commune de Pire, avec l’appui de la Grande Muraille Verte, dans le cadre de la campagne nationale de reboisement. Et nous avons changé de paradigmes en privilégiant les arbres fruitiers, qui sont au nombre de 1.600. Dans le cadre de l’entretien, les menuisiers métalliques de Pire jouent déjà leur partition avec une contribution importante, liée à la mise à la disposition de la commune, de dispositifs métalliques de protection des jeunes plants. Un défi a été aussi lancé aux populations de Pire, pour que dans cinq ans, tout le monde puisse se retrouver encore, pour procéder aux premières récoltes et de les partager avec les populations. Nous allons nous atteler à côtés des populations, à primer chaque année les arbres les mieux tenus, par un système de reconnaissance de la communauté que nous mettrons en œuvre. Après Pire, nous allons également nous investir à la création de bois inter villageois, pour récréer justement les bois sans lesquels il n’y a pas faune, il n’y a pas d’équilibre climatique, sans lesquels la nature ne reprendra jamais tous ses droits, ce qui aura des conséquences négatives sur notre bien social

Vous êtes également le Directeur Général de la Société Africaine de Raffinage (SAR), souvent citée dans des difficultés pouvant engendrer une pénurie d’hydrocarbures dans le pays. Aujourd’hui, comment se porte la SAR ?

La Société Africaine de Raffinage (SAR) se porte bien. Cela certainement fait sourire beaucoup de personnes, mais c’est la stricte réalité. Il s’agit d’une société qui a une mission de service public très stratégique, dans un environnement international très particulier, qui est le monde de la haute finance, des marchés financiers et du négoce international. Les règles y sont définies, pré établies et nous n’avons d’autres solutions que de nous y confirmer. La SAR le fait avec beaucoup de réussite depuis 1963, avec parfois des moments plus ou moins difficiles, parce que vous avez un outil qui a de l’âge, qui a besoin d’être maintenu, vous avez des enjeux financiers qui se chiffrent toujours à plusieurs centaines de milliards de Fcfa. Il s’y ajoute qu’il y a des partenaires financiers qui préfinancent l’importation. Et quand il y a un déséquilibre quelque part comme le retard de paiement, évidemment cela remet tout en cause. C’est ce qui s’est passé depuis 2009, mais ce qui est important aujourd’hui, le Président de la République qui est un acteur du secteur pétrolier, pour avoir été à Pétrosen, Ministre de l’Energie, Administrateur de la SAR à l’époque, Premier Ministre, aujourd’hui Président de la République au moment où le Sénégal a fait d’importantes découvertes de pétrole et de gaz, a décidé de maintenir l’outil de raffinage de la SAR. Il nous a instruits, en nous donnant les moyens, à travers son gouvernement, de lancer un important programme de modernisation et d’extension des capacités de la raffinerie. Ledit programme a été lancé depuis le dernier trimestre 2019, avec l’ambition d’augmenter la capacité, moderniser les unités, mais aussi d’être en mesure dès 2022/2023 de traiter le brut produit à Sangomar. Ce projet se déroule bien, maintenant dans la gestion quotidienne, il arrive que pour plusieurs raisons, qu’un navire vienne, qu’il ne décharge pas à temps comme ce fut le cas il ya quelques jours. Toutes les garanties sont prises pour que l’ambitieux projet soit une réalité, y compris le dispositif qui permettra à la SAR de décharger les bateaux en haute mer et non plus au port, épargnant les populations de Thiaroye, de Mbao et toute la zone traversée, d’un certain nombre de désagréments, au-delà des problèmes de sécurité, d’environnement que ce pipeline pose toujours.

Donc il n’y a aucun risque de pénurie dans le pays

Au moment où je vous parle nous avons redémarré les installations et l’avenir est beaucoup plus serein, puisque des mesures structurelles ont été prises au plus haut niveau. Je peux vous rassurer que le service public de la fourniture d’hydrocarbures, qui est la mission essentielle de la SAR a toujours été là, et malgré les annonces répétitives par la presse depuis 5 mois, jamais vous n’avez constaté une quelconque pénurie et plus que jamais, nous sommes dans les dispositions d’assurer une continuité régulière et sécurisée de la fourniture de produits pétroliers.

Thierno Alassane Sall ancien Ministre de l’Energie vient de publier un livre qui liste beaucoup de manquements dans la gestion des contrats pétroliers. Quelle est votre appréciation ?

J’en ai vu des extraits où on a cité tout le monde et je pense que cela appelle à plusieurs observations. Ma première constatation, c’est la confirmation d’une méconnaissance par l’auteur de ce livre, de l’exploration pétrolière, du code pétrolier, de ses mécanismes et de l’interprétation que l’on peut faire des propositions techniques. C’est en toute humilité que je le dis, puisque ce n’est pas son métier. Mon ami Abdoulaye Diouf Sarr gère bien le département de la santé, mais il ne sait pas comment on opère une appendicite. Donc c’est la vérité, le livre laisse apparaître une méconnaissance totale du code pétrolier et de l’évaluation des offres qui sont faites de tous les paramètres.

Pourtant il a cité des points précis, qui indexent une mal gouvernance

Tout cela relève de la méconnaissance. L’exemple le plus patent c’est de dire que de zéro à x baril, Total a proposé tant et Cosmos tant. Extraire de telles choses n’a aucun sens en réalité. Parfois vous êtes dans des fourchettes de production et la compagnie vous donne des parts très importantes, mais elle sait, de part le potentiel, que vous n’atteindrez jamais ces fourchettes là parce que ce n’est pas le pallier. On dit par exemple de 0 à 10.000 barils, de 10.000 à 20.000, etc., l’Etat a tant, les compagnies tant. C’est des choses qui ne sont pas du tout simples. Je crois que dire aux sénégalais que Frank Timis a son bloc et qu’il n’a rien fait, n’est pas conforme à la réalité. Timis a fait des choses qui ont montré le potentiel, qui a incité Cosmos à dire je viens rejoindre. Et quand vous êtes actionnaire d’une société, il vous est loisible de vendre vos parts et dans ce cas, vous négociez avec l’acheteur, le prix qui vous convient, ce qui n’a rien à voir avec les parts des autres actionnaires. Dire aussi que ce que donne Cosmos à Timis relève de l’argent du contribuable, c’est montrer une méconnaissance de comment fonctionnent les choses ou ne pas être de bonne foi. Quelque soit les conditions que le cédant accepte de donner, c’est sur ses parts qu’il les donne.

Au-delà de tous ses aspects, il y a aussi l’élégance républicaine. Quand on a été dans un gouvernement, en n’ayant aucun attribut particulier outre que la confiance du Président de la République, cette élégance républicaine interdit de passer au laser tous ses collaborateurs. L’élégance tout court, la civilité auraient permis à Thierno Alassane Sall de ne pas attaquer de front. Il s’y ajoute que quand on dit des choses de cette nature, on y lit forcément de la rancune, de l’aigreur. Nous avons aujourd’hui plusieurs dizaines voire centaines d’ex Ministres qui ont géré des secteurs stratégiques et si chacun se mettait à dire tout ce qu’il a fait, tout ce qu’il a dit, il y aurait forcément des difficultés. Chacun aussi doit le savoir, dans les fonctions publiques, la politique de la nation est définie par le Président de la République et personne ne peut prétendre définir la politique du secteur géré, l’obligation est d’appliquer la politique définie par celui qui en a seul la prérogative. Si on n’est pas d’accord avec cette politique, avec ses objectifs, avec sa mise en œuvre, on a le droit de prendre ses responsabilités et de partir. C’est même choquant de parler protocole de l’Elysée.

Il n’y a jamais eu protocole de l’Elysée. Le Chef de l’Etat est allé à l’époque en visite d’Etat en France et qui a été un succès total. Et dans des rencontres de ce genre, il arrive que des Ministres des deux pays signent des accords d’intention de partenariat. Quant Total et Petrosen mettent sur un papier leur intention de se rencontrer au Sénégal, pour jeter un regard sur le potentiel pétrolier et voir s’il y a un intérêt pour Total ou pas et que le Ministre de l’Energie le signe devant les deux Chefs d’Etat, cela entre dans le cadre normal des choses. Tout le monde sait que nous étions tous en France lors de cette visite d’Etat et nous savons ce qu’il y a dans ce protocole, parce que nous faisons partie de ceux qui l’ont préparé. C’est vrai, nous sommes dans un pays de liberté d’expression, chacun a le droit d’appréhender les choses, mais personne n’a le droit de vouloir entraîner le peuple sur des choses qui ne reflètent absolument pas la réalité.
Mbaye SAMB ( l’AS)

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*