Soudan: le président Omar el-Béchir destitué par l’armée

Au Soudan, après plus de trois mois de contestation, le président Omar el-Béchir a été contraint de quitter le pouvoir. Le ministre de la Défense a annoncé sa destitution à la télévision publique, ce jeudi 11 avril. Suivez la situation en direct.
Cet article est régulièrement mis à jour, cliquer pour rafraîchir

Ce qu’il faut retenir :

► Le ministre soudanais de la Défense a annoncé la destitution d’Omar el-Béchir.

► Un conseil militaire va administrer le pays pendant une période transitoire de deux ans, a précisé le ministre.

► Des milliers de personnes ont afflué jeudi sur le lieu où se tient depuis le week-end dernier un sit-in de protestation devant le siège du ministère de la Défense dans le centre de la capitale, Khartoum.

Les heures sont données en temps universel

16h30 : Autre élément notable, la place importante des femmes dans ce soulèvement populaire au Soudan, comme le souligne cet article publié le mois dernier sur notre site.

16h20 : Initialement, les premiers manifestants sont descendus dans la rue en décembre dernier pour dénoncer l’augmentation du prix du pain. L’État soudanais n’a plus les moyens de subventionner la farine et quelques autres produits de base, parce qu’il n’a plus de budget pour le faire.

Le pays est en crise économique de façon structurelle depuis des années. La livre soudanaise a dû être dévaluée et les prix ne cessent de grimper : 40% d’inflation en 2017, 70% cette année. Même les provinces relativement épargnées par la crise sont aujourd’hui touchées. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si les mouvements de protestation ont débuté dans les régions agricoles, avant de gagner la capitale.

16h05 : L’armée impose un mois de couvre-feu nocturne. « J’annonce un couvre-feu pour un mois, de 22h (20h TU) à 4h (2h TU) », a déclaré le ministre de la Défense, Awad Ahmed Benawf.

16h : L’Egypte exprime sa « confiance dans la capacité du peuple frère soudanais et de son armée nationale loyale » à gérer l’après-Béchir. Le Caire a également exprimé son « soutien total aux choix du peuple soudanais », appelant « la communauté internationale à (les) soutenir (…) dans cette phase historique cruciale », le ministère égyptien des Affaires étrangères dans un communiqué.

13h55 : Si vous souhaitez aller plus loin et mieux comprendre les causes et les conséquences de la destitution d’Omar el-Béchir, n’hésitez pas à réécouter notre deuxième édition spéciale de la journée.

13h40 : Une question se pose désormais : qui va diriger le Soudan pendant ces deux ans de transition ? Au sein du conseil militaire, il n’y aurait pas de consensus. Trois noms auraient été proposés à l’Association des professionnels soudanais et donc à l’opposition, qui semble avoir accepté le général Abdel Fattah al-Borhane, même s’il n’y a rien d’officiel pour le moment. Le nom d’Awad Ahmed Benawf est également cité, mais l’opposition ne veut pas de lui. Enfin, un autre nom circule : celui du lieutenant-général Kamal Abdul-Maarouf.

13h20 : Les meneurs du mouvement de contestation au Soudan rejettent le coup d’État de l’armée et promettent de poursuivre les manifestations. « Le régime a mené un coup d’État militaire en présentant encore les mêmes visages (…) contre lesquels notre peuple s’est élevé », a indiqué dans un communiqué l’Alliance pour la liberté et le changement, appelant les Soudanais à « continuer son sit-in devant le quartier général de l’armée (à Khartoum) et à travers le pays ».

12h50 : Rachid Saeed Yacoub, porte-parole de l’Association des professionnels soudanais, organe qui a lancé le mouvement de contestation en décembre dernier, a réagi en direct dans notre édition spéciale. Il salue la destitution d’Omar el-Béchir mais affirme que le mouvement n’est pas terminé.

« On a demandé à ce que l’armée constitue un groupe pour discuter avec nous sur les modalités de transition. L’armée a décidé d’agir toute seule et de se passer de nous, explique-t-il. On demande aux Soudanais de rester dans la rue, de continuer leur sit-in devant le QG de l’armée et dans les grandes villes du pays. On ne va pas laisser l’armée diriger toute seule la période de transition. On ne peut pas se contenter d’une déclaration unilatérale de l’armée. »

12h45 : Les milliers de manifestants présents parfois depuis des jours dans les rues de la capitale soudanaise ont laissé éclater leur joie, après l’annonce de la destitution d’Omar el-Béchir.
source rfi

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*