2e retour de parquet pour le malade mental, meurtrier de son fils à Rufisque.

Mbary SY, le malade mental qui a poignardé à mort son fils de 25 ans, bénéficie d’un second retour de parquet. Et, c’est Ansoumana DIONE, Président de l’Association Sénégalaise pour le Suivi et l’Assistance aux Malades Mentaux (ASSAMM), suivant de très près cette affaire, qui donne l’information. Ainsi, il passe encore la nuit au Commissariat central, pour faire face certainement, ce vendredi, au Procureur de la République. Certes, pour pouvoir évoquer l’article 50 du code pénale, le Maître des poursuites a besoin de preuves attestant la folie d’un meurtrier. Mais, pour ce cas de figure, il a l’obligation d’ordonner une expertise médicale , sa propre famille ayant souligné dans l’enquête préliminaire, que l’auteur du drame souffre de troubles mentaux. A défaut de cela, ce citoyen victime de non assistance, de la part de l’Etat du Sénégal, qui refuse jusqu’ici de prendre en charge ses malades mentaux, verra, une troisième fois, après avoir également perdu son fils, ses droits totalement bafoués par celui censé le protéger. Même si Mbary SY a perdu ses documents délivrés dans le passés par l’Hôpital psychiatrique de Thiaroye où il suivait ses traitements, de Darou Rahmane à la boulangerie de Diokoul Wague de Rufisque, quartier où habite Ansoumana DIONE, personne n’ignore sa maladie mentale. Suffisant alors pour que le Procureur le présente, d’abord, à un spécialiste en la matière, avant de prendre une quelconque décision, au nom du peuple sénégalais.

Rufisque, le 09 mai 2019,
Ansoumana DIONE, Président de l’Association Sénégalaise pour le Suivi et l’Assistance aux Malades Mentaux (ASSAMM)

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*