Contribution d’Ibrahima Ndoye: « ! De grâce, n’en rajoutons pas cher Kara ! »

TCHEY Li ci ÉQUIPE NATIONALE ! De grâce, n’en rajoutons pas cher Kara !

Pai Iboundoye Diender

« Tout ce que je sais de la morale des hommes, c’est au football que je le dois !’. Ces mots ne sont pas les miens mais du Grand Esprit, Albert Camus dont la finesse dans la manière de percer les mystères et mythes de la vie sociale, fait référence. Depuis la qualification (miraculeuse) des « Lions » à la coupe du Monde à l’élimination (honteuse) face à la Colombie, on aura tout vu et entendu au Sénégal à propos des matches gagnés avec bravoure et ceux perdus par négligence tactique, des supporters un peu trop excités au point de s’éloigner de l’essentiel, des fétichistes cupides, des cartomanciens véreux du genre Selbé NDome, vendeurs d’illusions à la petite semaine, des encadreurs, des sportifs-touristes squatteurs d’une délégation plus officieuse qu’officielle, des arbitres (Diedhiou et Camara) qui ont tenu haut le sifflet national, des hôtels aux occupants mauvais payeurs chassés comme des malpropres, des journaleux trop dépendants, dépourvus de la distanciation critique requise, de la bande au bad-boy Dioufy, des anciennes gloires de l’épopée 2002 trop nostalgiques pour souhaiter à leurs jeunes frères un long séjour en terre soviétique… Bref, on aura tout entendu de Tout et de Tous ! Tout de même dans les limites du raisonnable et de la décence. Mais là, avec ce cri strident du « Lion » de Mbour (le parc de Bandia est sur la route de la zone balnéaire), avec cette déclaration du défenseur central Kara Mbodji, il y a de quoi s’arracher les cheveux. C’est certes un joli coup de tête pour lui mais au finish il signe un coupable CSC, but contre son camp, qui ne l’honore pas. Quand on défend les couleurs d’une nation, dans une équipe de 23 sélectionnés (pas élus), il faut savoir mesurer les responsabilités qui reposent sur les épaules. Se comporter en gentleman et en patriote. Savoir mouler sa personnalité dans le collectif. S’oublier un peu pour mettre en avant les vertus d’une aventure collective. Vivre et mourir ensemble dans la dignité. C’est un impératif catégorique ! Autrement, l’alternative des combats individuels ne manque pas. Il faut choisir. En d’autres circonstances, dans d’autres compétitions, M. Kara Mbodji a été bien aligné comme il l’a souhaité, le Sénégal n’a pas encore gagné le moindre trophée continental à ce que je sache. Dans les années 80, le Sénégal des Cheikh Seck, Mansour Wade, Roger Mendy, Racine Kane, Lamine Dabo, Amadou Diop Boy-bandit, Assane Gassama, Thierno Youm, cette génération exceptionnelle qui remplissait les stades nationaux, nous valait de grandes satisfactions sur le continent en remportant tous les grands tournois de la région Ouest-africaine. On ne peut pas en dire autant, pour le moment en tout cas, de Kara et ses coéquipiers. Les performances personnelles importent peu. Jules Bocandé a été sacré meilleur buteur du championnat français en 1985. Son parcours peu glorieux avec les « Lions » lors de Caire 86 l’avait fait oublier. Malheureusement ! Respects à sa mémoire tout de même pour ses hauts faits. C’est dire que le maillot national n’est pas un objet d’exhibition et d’expression des états d’âme, des égos surdimensionnés qui fragilisent les efforts communs. Après moi, c’est le déluge ! Penser et vivre ainsi, pour quelqu’un dont on attend le don de soi pour sa patrie, m’autorise à croire que Kara Mbodji n’a plus sa place dans la Tanière. Je peux me tromper mais je le pense sincèrement, le cœur meurtri par les jérémiades de ces garçons que je trouve parfois trop choyés pour penser qu’ils sont indispensables. La vie nationale ne se résume pas au football. Beaucoup de compatriotes donneraient leurs vies s’ils avaient l’heureuse opportunité de servir à ce niveau international, notre chère Nation. Le président Macky Sall a repoussé de très loin les limites des possibilités financières pour mettre l’équipe dans les meilleures conditions de compétition. Nous avions rêvé, c’est pas interdit. Les « Lions » se sont battus et ils sont rentrés bredouilles. A l’instar des Allemands, Argentins, Brésiliens, Belges, Uruguayens… Ainsi est la loi du sport. Si les Internationaux avaient accepté de réinvestir les milliards qu’ils gagnent chaque année ailleurs dans le monde ici au Sénégal, le chômage ne serait pas aussi important que maintenant. A défaut de nous rapporter des trophées, de grâce que Kara Mbodji et semblables nous retournent les deniers publics que le contribuable consacre à leur épanouissement, par la création d’entreprises et d’espaces de travail. Pour les polémiques stériles et les petites querelles, hé bien nous avons déjà une classe politique suffisamment outillée et la cour de recréation est présentement bien animée pour en rajouter. C’est maintenant clair et net : tout… Kara, pardon tout crack n’est pas « Lion » ! Wassalam.

Iboundoye Diender

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*