Drame au village de Keur Assane Ndiaye/ Un homme de 60 ans décapité, sa tête emportée

Assane Seck, habitant Keur Assane Ndiaye, un village rattaché à la commune de Tivaouane, ne savait certainement pas qu’il avait rendez-vous avec la grande faucheuse, en rendant à un baptême dans un village voisin, tôt le matin mardi dernier. Il a en effet été victime d’une agression barbare en cours de route et ses bourreaux l’ont décapité avant d’emporter sa tête. Une affaire sombre qui a plongée toute une localité dans la tristesse et la grande consternation et les commentaires vont bon train. Selon les informations données dans le village, c’est à l’aube qu’Assane Seck, âgé d’une soixante d’années environ, a quitté le village pour rallier le village voisin. Il a été ensuite pris à partie par une bande de personnes. C’est ainsi qu’il a été battu à mort et ses bourreaux n’ont eu rien de mieux à faire que d’emporter sa tête, pour compléter leur sinistre plan. C’est tôt le matin, aux environs de 7 heures, que le corps de la victime a été découvert par des passants, gisant dans une mare de sang, son propre couteau à ses côtés. Alertés, les éléments des sapeurs pompiers de Tivaouane ont débarqué sur les lieux du crime, ainsi que la police, qui pour procéder aux constats d’usage, qui pour évacuer le corps à la morgue de l’hôpital Abdoul Aziz Sy « Dabakh » de Tivaouane. S’agit-il d’un cas isolé d’agression qui a mal tournée et d’un règlement de compte ? L’enquête apportera peut-être les bonnes réponses. Mais pour le moment, les supputations vont train et personne ne parvient toujours pas à expliquer une telle barbarie. En tout cas, des sources affirment qu’il y a seulement quelques temps, une dame de la même famille qu’Assane Seck avait été retrouvée morte au fond d’un puits. Y-a-il une relation avec ces deux faits tragiques ? En attendant de trouver une réponse à cette interrogation, la famille de la victime est toujours sous le choc et certainement une autopsie sera faite pour déterminer avec précision les causes de la mort.
Mbaye SAMB (L’AS)

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*