L’appel de Valérie Trierweiler au couple Macron : « J’aimerais qu’ils rétablissent la vérité »

Dans une interview qu’elle a accordée à nos confrères de Paris Match, l’ex-Première dame révèle être amère en raison des nombreuses rumeurs qui l’ont accablée lorsqu’elle a quitté l’Élysée avec pertes et fracas il y a quatre ans déjà.
En janvier 2014, Closer révélait la relation entre François Hollande et Julie Gayet. Quelques jours plus tard, Valérie Trierweiler, la compagne du Président de la république, faisait ses valises et quittait l’Élysée avec pertes et fracas. Une rumeur tenace s’était alors propagée sur le web, faisant état d’une violente dispute survenue entre François Hollande et Valérie Trierweiler, laquelle, folle de rage, aurait cassé du mobilier à l’Élysée.
Dans une nouvelle interview qu’elle a accordée à Paris Match, magazine pour lequel elle contribue depuis plusieurs années aux rubriques politico-culturelles, Valérie Trierweiler est revenue sur cette période difficile durant laquelle elle a été lynchée de toutes parts : « Je ne pardonnerai pas à ceux qui ont fait croire que j’avais cassé du mobilier à l’Elysée. C’est totalement faux. Et j’aimerais aujourd’hui que le couple Macron, qui peut disposer de l’inventaire, rétablisse la vérité. »
Un faux préjudice estimé à 3 millions d’euros
Une lettre anonyme publiée sur le web avait fait état d’une violente dispute survenue entre »Valérie T. et François H. » dans le bureau du chef de l’État et dans le boudoir d’Argent attenant. La Première dame aurait alors cassé des vases, des pendules et de nombreux objets d’art appartenant aux collections du Mobilier national. Le préjudice estime avoisinait les 3 millions d’euros. Le Mobilier national n’avait pas tardé à démentir tout acte de vandalisme, dénonçant auprès du Figaro le caractère « totalement mensonger » de ces allégations.
closer

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*