Quartier FAHU, l’un des plus récents de Thiès, qui porte le nom d’un programme d’habitat

Pape Diouf est le premier et actuel Délégué du quartier FAHU, créé depuis 2013. En réalité il a été choisi en 2013 mais son installation n’est intervenue qu’en 2015. Auparavant, le quartier dépendait des notables des quartiers voisins, Parcelles Assainies, Mbour I et Sud-Stade. L’un des plus récents de la ville de Thiès, il porte le nom d’un programme d’habitat social mis en place dans les années 1979. Il s’agit du Fonds pour l’Amélioration de l’Habitat Urbain (FAHU). Déroulé par l’Etat du Sénégal, ledit programme était logé au niveau de la Banque de l’Habitat du Sénégal (BHS). La structure financière était chargée d’accorder des prêts bonifiés aux promoteurs immobiliers privés, mais aussi aux acquéreurs bénéficiaires d’un plan d’épargne logement. Il consistait à prélever des fonds sur les salaires des travailleurs en vue de leur permettre d’acquérir un toit. L’objectif d’une telle démarche était de lever les obstacles liés à l’apport personnel que les usagers parvenaient difficilement à réunir, pour faire face au besoin de logement, dans un contexte marqué par une explosion démographique urbaine et conséquemment, la nécessité de créer d’autres quartiers. Mais le programme FAHU a été finalement abandonné, alors que beaucoup de demandeurs avaient pu acquérir au moins un terrain. Le reste du site était occupé par les paysans sérères, qui exploitaient les terres à des fins agricoles. Cette acquisition de certains terrains par des particuliers, a quelque part valorisé le site et les paysans n’ont pu résister à l’envie de vendre progressivement leurs terres aux demandeurs, attirés par la position stratégique du site, tandis que d’autres terrains ont été gratuitement octroyés aux usagers par l’Etat, à travers le Gouverneur de la région. Dépendant administrativement de l’arrondissement de Thiès-Sud et de la commune de Thiès-Est, d’après le Décret N°2008-1344 du 20 novembre 20 D’après le Décret N°2008-1344 du 20 novembre 2008, le quartier FAHU relève de la commune d’arrondissement Thiès Est, le quartier FAHU se trouve à l’extrémité Sud de la zone d’extension communale, vers la Route menant vers Mbour. Il est limité au Nord par le Quartier Mbour II, au Sud par le Village de Keur Massamba Guèye, à l’Est par les Parcelles Assainies et à l’Ouest par le Quartier Sud-Stade. Le programme FAHU n’est d’ailleurs pas particulier à Thiès, il a aussi existé à Diourbel et dans d’autres régions du pays. Mais la particularité à Thiès est que, quand le programme a été abandonné dans les années 1990 le nom est resté, pour désigner la zone prévue pour accueillir les bénéficiaires. C’est vers la fin des années 1980 et surtout au début des années 1990, que les premiers habitants ont commencé effectivement à s’installer, avec une accélération notée vers l’année 200. C’est le militaire Omar Cissé qui a été le précurseur de l’occupation du quartier. Il s’est installé le premier et sa maison a été pendant très longtemps le repère permettant aux autres de s’orienter. D’ailleurs sa maison a servi de lieu de garde de ciment et d’autres matériaux de construction à beaucoup de chantiers dans le site. Même si des statistiques ne sont pas encore disponibles concernant la population et sa densité, force est de constater qu’aujourd’hui le quartier est bien habité, avec des rues bien tracées. Il s’agit également d’un quartier très grand avec beaucoup de maisons en chantier et c’est pourquoi il a été scindé en deux. Il s’agit de FAHU 1 et FAHU 2, avec deux chefs de quartier différents. Avec les spéculations foncières dans les environs, le quartier FAHU a d’ailleurs intégré dans son périmètre certains coins du village de Keur Massamba Guèye, qui dépend de la commune de Fandène. Les premiers habitants étaient surtout des militaires et des enseignants, bref des fonctionnaires et cette situation est liée au mode d’acquisition qui était décliné au départ, pour être bénéficiaire du programme. Mais aujourd’hui, même s’il y a beaucoup de militaires, d’enseignants et d’autres fonctionnaires, la population est cosmopolite. Cependant, la configuration des habitations ne renvoie pas à un niveau de pauvreté assez élevé, même si environ 150 familles bénéficient des bourses familiales. Dans le quartier, habitent actuellement de hauts cadres en activité ou en à la retraite comme des Généraux de l’armée, de hautes personnalités du Ministère de l’Intérieur, des cadres de l’école sénégalaise. Sur le plan religieux, FAHU n’a rien à envier aux autres quartiers avec la présence du célèbre Imam Mbaye Sèye Guèye de Bilal, Imam Kaïré, Imam Ameth Niang qui fait couler beaucoup de larmes quand il récite le saint coran.

UNE BOMME A RETARDEMENT, SUR LE BOULEBARD PRINCIPAL

Le quartier FAHU souffre depuis sa création d’un déficit criant d’infrastructures sociale de base. La voirie est inexistante dans le quartier et pourtant le sol est boueux. C’est pourquoi, c’est la croix et la bannière pour les usagers de trouver en ville un taxi à destination de certains coins du quartier à cause d’un accès très difficile. Le chef de quartier se désole du fait que la localité n’ait pas pu bénéficier du Programme de Modernisation des Villes (PROMOVILLES), qui est en train de réaliser plusieurs axes dans la ville de Thiès. C’est aujourd’hui une grande question que se posent les populations, qui estiment que le quartier était beaucoup plus prioritaire que ceux qui ont été choisi, car n’ayant aucun kilomètre de bitume dans son périmètre. Selon le Chef de quartier le goudronnage du boulevard principal est une grande priorité pour le quartier FAHU. A ce niveau dit-il, il y a une bombe à retardement. En effet, un particulier s’est levé un bon matin, pour commencer à construire sur la surface foncière qui marque l’intersection, obstruant du coup le grand boulevard. Dès le début des travaux, il y a eu une vague de contestations dans le quartier et aujourd’hui, l’autorité compétente a fait arrêter le chantier. Mais il reste maintenant l’équation de la destruction des fondations déjà réalisées, même si la commune lui a servi une sommation allant dans ce sens. Les jeunes sont actuellement sur le qui-vive et menacent, sachant que, tant que la construction est là, il sera impossible d’aménager le boulevard. Selon le Chef de quartier, c’est une bombe à retardement que les autorités compétentes doivent aider à désamorcer. Le quartier souffre également d’un défaut d’assainissement qui fait que les populations cohabitent avec les flaques d’eau à longueur d’hivernage. Selon Pape Diouf, la mairie de Thiès-Est était venue recenser tous les points d’eau dans l’intention de procéder au remblai avec des gravats, mais le travail n’est toujours pas allé jusqu’à son terme. D’ailleurs, ce n’est pas cette stratégie qui viendra à bout de la difficulté, mais bien le système de tout à l’égout, réalisé par l’Office National de l’Assainissement (ONAS)
Sur le plan scolaire, le quartier FAHU 1 ne dispose d’aucune élémentaire et c’est pourquoi les parents sont obligés de squatter l’école élémentaire de FAHU 2 et des quartiers environnants, pour scolariser leurs enfants. Il existe cependant un lycée. Il s’agit d’un Collège d’Enseignement Moyen (CEM), transformé en lycée. Mais aujourd’hui, note Pape Diouf le délégué de quartier, le lycée mérite un véritable SOS car il étouffe, avec des effectifs pléthoriques et un nombre réduit de classes physiques. Le manque d’infrastructures est surtout accentué par une assiette foncière déficitaire. D’ailleurs la coopération allemande avait attribué un CEM au quartier, mais faute d’espace, les populations l’ont finalement cédé au quartier FAHU 2, qui avait une disponibilité foncière dans l’enceinte de sa case des tout petits. Le quartier ne dispose pas d’un poste de santé et pour se soigner, les malades sont obligés d’aller jusqu’à Mbour 2.

LES DIFFICULTES LIEES A L’INSECURITE ONT ETE AMOINDRIES

Au début de son essor, le quartier FAHU était confronté à une réelle équation d’insécurité. Il ne se passait pas une seule nuit sans que la présence de bandes de malfrats ne soit signalée. Les vols se comptaient à la pelle et les agressions en plein jour étaient monnaie courante. De l’avis du délégué de quartier, la situation était insoutenable, ce qui avait conduit les dignitaires à avaliser la création d’un comité de vigilance. Pour ne pas être dans l’illégalité, le comité de vigilance a été placé sous la tutelle d’une agence de sécurité en bonne et due forme, dont le propriétaire est un résident du quartier. Ledit comité a montré son efficacité et avec le poste de police des Parcelles Assainies, la situation s’est très bien améliorée et les cas d’agression sont presque inexistants alors que les cas de vol se sont très fortement raréfiés. Dans ce cadre souligne Pape Diouf Délégué de quartier de FAHU 1, le lieutenant Mbengue et l’Adjudant Ndiaye du poste de police des Parcelles Assainies ont fait un travail remarquable, en inversant la tendance et installant ainsi l’insécurité du côté des bandits. Il s’y ajoute que la mairie de Thiès-Est s’est bien investie, pour faire du quartier, l’un des plus éclairés de Thiès et dans ce cadre, de bonnes volontés du quartier ont également contribué. Pour les activités socio-économiques, plusieurs entités sont en gestion dans le quartier et certaines ont même atteint leur vitesse de croisière. A côté des groupements de promotion féminine on peut citer l’Association Sportive et Culturelle (ASC) JOKKO, de la zone 4 de l’Organisation Départementale de Coordination des Activités de Vacances l’ODCAV), le mouvement « Jeune conscience de FAHU », l’Association pour le développement de FAHU
Mbaye SAMB (l’AS)

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*