Héritage de Johnny Hallyday: un accord entre Laeticia, David et Laura envisagé

Pour la première fois depuis le début de la bataille judiciaire, les deux clans Hallyday ont discuté d’un accord amiable. Chacun a exprimé ses souhaits sur le patrimoine du chanteur mort en décembre 2017.
C’est une première depuis neuf mois et le début de la bataille judiciaire. Les deux clans Hallyday se sont rencontrés pour discuter et offrent une image plus apaisée avant la sortie de l’ultime album du chanteur, le 19 octobre prochain. Selon nos informations, les avocats de Laeticia Hallyday, Laura Smet et David Hallyday se sont réunis en cette rentrée. Leur objectif? Trouver un accord amiable afin de sortir de la procédure judiciaire qui les oppose, autour du testament du rockeur, mort le 5 décembre 2017.
Si officiellement ces échanges n’ont jamais eu lieu, chaque clan a déjà exprimé ses volontés pour aboutir à un accord. Laura Smet souhaiterait la villa Savannah à Marnes-la-Coquette, dans les Hauts-de-Seine, mais aussi un pourcentage sur la vente des albums et quelques objets ayant appartenu à son père. David Hallyday voudrait toucher ce que touchait son père, de son vivant, sur la vente de 24 albums, dont Sang pour sang, opus qu’il a composé. Les aînés de Johnny Hallyday réclament enfin la mise en place d’une gestion commune, avec Laeticia et leurs sœurs, du droit moral des œuvres de leur père.
Un accord avant la fin de l’année?
Depuis cette réunion entre les deux parties, les avocats échangent, se parlent, discutent… « Tout ce qui est dit entre avocats, par téléphone ou par écrit, reste confidentiel et ça ne peut pas ressortir devant le juge, détaille Me Julie Jacob, avocate spécialisée en droit de la propriété intellectuelle. Les transactions peuvent donc se négocier entre avocats à tout moment, par téléphone ou lors de rendez-vous, en présence ou non des clients et peuvent être négociées jusqu’au moment des plaidoiries. »

« Dans ma rue »: l’appli qui permet de signaler les incivilités accusée …
Toutes les parties voudraient qu’un accord intervienne au plus tard avant la fin de l’année. Le mieux étant une date avant le 30 novembre, prochain rendez-vous judiciaire devant le tribunal de grande instance de Nanterre, qui doit statuer sur sa propre compétence ou non dans cette affaire. Si les deux clans parvenaient à se mettre d’accord, l’ensemble de la procédure s’achèverait immédiatement et il n’y aurait jamais de procès. Les clauses de cet accord devront seulement être entérinées par un juge qui leur donnerait une valeur légale.
La médiation refusée en mai
Ce week-end, Laeticia Hallyday a regagné la France après neuf mois passés à Saint-Barthélémy et à Los Angeles. Un séjour express pour la veuve du chanteur et ses deux filles, Jade et Joy, afin d’assurer la promotion du dernier album de Johnny, Mon pays c’est l’amour, dont la sortie est prévue le 19 octobre prochain. Le 13 avril dernier, la justice avait statué sur la demande de David Hallyday et Laura Smet d’avoir un droit de regard sur cet album. Le juge avait estimé que Johnny Hallyday, compte tenu des pièces apportées par sa maison de disques, avait validé, avant sa mort, chansons et musiciens, et donc que l’album pouvait sortir.
Cette bataille judiciaire avait débuté en février dernier, quand Laura Smet avait contesté, en justice, le testament californien de son père datant de 2014. Elle et son demi-frère David Hallyday estimaient avoir été déshérités. « Ni bien matériel, ni prérogative sur son oeuvre artistique, ni souvenir – pas une guitare, une moto et pas même la pochette signée de la chanson Laura », écrivait-elle. Une série d’actes de procédure avaient suivi, pour déterminer si le droit américain prévalait sur le droit français, qui a abouti au gel, provisoire, d’une partie des avoirs de Johnny Hallyday. En mai dernier, Laeticia Hallyday avait refusé la médiation proposée par le juge avec les avocats des deux artistes.
BFMTV

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*