Le Maroc mise sur le pragmatisme économique pour se rapprocher de l’Afrique du Sud

Depuis près de quinze ans, ils étaient en froid. Les analystes prédisaient pourtant qu’ils auraient tout Intérêt à se rapprocher. Ce 29 novembre, le Maroc et l’Afrique du Sud se sont engagés sur cette voie.
« Cordiale » : c’est le mot choisi par la plupart des rédactions et des communicants pour qualifier la rencontre qui s’est tenue à Abidjan entre Mohammed VI, le roi du Maroc, et Jacob Zuma, le président sud-africain, mercredi 29 novembre, en marge du sommet Union africaine-Union européenne. Cordiale, mais aussi inédite et forte en symboles. Depuis treize ans, les deux pays n’entretenaient plus que des relations diplomatiques réduites au strict minimum, et Pretoria était même apparu comme plutôt hostile au retour du Maroc dans l’Union africaine.
Si, au ministère des Affaires étrangères, à Rabat, les voix sont toujours hésitantes concernant l’Afrique du Sud, pays lointain et méconnu – « Nous n’y avons pas encore d’ambassadeur mais ça ne saurait tarder. On vous communiquera le nom en temps voulu… » -, une chose est sûre : « Les discussions pour relever le niveau de la représentation diplomatique marocaine commenceront très bientôt. » Et une autre source de glisser : « De toute manière, maintenant que nous sommes revenus dans l’Union africaine, nous allons croiser les Sud-Africains de manière régulière. »
Une histoire houleuse
Au Maroc, on aime à se remémorer la geste du docteur Abdelkrim El Khatib, décédé en 2008 à Rabat, médecin, proche du défunt monarque Hassan II et surtout « père » du parti islamiste actuellement au gouvernement, le PJD. Son visage s’affiche d’ailleurs sur la couverture du mensuel d’histoire marocain Zamane, en kiosques dans le royaume En novembre. C’est qu’au sujet des affaires africaines du royaume, El Khatib a joué le rôle de pourvoyeur de bonne conscience. En effet, il était devenu un proche de Nelson Mandela, le leader du Congrès national africain (ANC) et de la lutte contre l’apartheid, alors même que sur le continent, de l’Angola au Zaïre de l’époque, Hassan II avait peu à peu opté vers une posture conservatrice, face à un pôle progressiste emmené par l’ANC, auréolé d’une gloire certaine.
Il y a de la fierté donc, à regarder, depuis Rabat, « Madiba » remercier chaleureusement, en 1995 encore, le docteur Khatib, qu’il avait rencontré au Maroc en 1962, alors que ce dernier était ministre chargé d’État chargé des Affaires africaines. Le Marocain avait alors proposé au Sud-Africain de lui acheminer des armes via la Tanzanie. Un geste qui contraste avec la position traditionnelle de l’ancien monarque, qui sera resté discret sur la question de l’apartheid.
Le pragmatisme en bandoulière
Pour dépasser cette histoire, les Marocains misent aujourd’hui sur le pragmatisme économique, qui permettrait de remplacer les solidarités idéologiques d’hier, et qui ont permis l’épanouissement de solides relations entre l’ANC et son cousin algérien, le FLN. Mais au Maroc, ils ne sont pas nombreux à bien connaître l’Afrique du Sud. Thami Ghorfi, président de l’ESCA, une école de management marocaine, et membre du Conseil économique, social et environnemental (CESE) reçoit régulièrement des étudiants sud-africains en MBA et se rend aussi souvent à Pretoria, via Paris ou Dubaï – faute de vols directs. Ce dernier est très clair sur un point : « La clé, c’est le pragmatisme. Les deux parties ont intérêt – et le pressentent bien – à mettre de côté leurs différends Idéologiques passés au profit du développement Sud-Sud ».
Voilà ce qui se chuchote dans les cercles publics ou privés qui espèrent des retrouvailles entre les deux nations. Mais l’histoire n’est jamais très loin quand il s’agit de diplomatie. Pour preuve, en 2016 un nom a été avancé pour représenter le royaume à Pretoria : celui d’Abdelkader Chaoui. Ce n’est peut-être pas un hasard si journaliste, un temps pressenti pour devenir diplomate, est un ancien gauchiste qui a goûté aux geôles du régime marocain durant les années de plomb…
Il y a certes de la concurrence entre les deux nations, mais aussi beaucoup de complémentarité
Ghorfi, lui, insiste : « C’est la dynamique économique qui pourra permettre un rapprochement politique, j’en suis persuadé ». Lors d’un récent colloque à l’Institut royal des études stratégiques, Talal Rhoufrani, dernier ambassadeur marocain en poste à Pretoria, rappelé en consultation en 2004 puis définitivement en 2006, remarquait : « Les deux pays se retrouvent au coude à coude dans de nombreux domaines et à de fréquentes occasions ». En effet, en matière d’assurances et de finance notamment, tous deux sont considérés comme des poids lourds sur le continent qui pourraient vite se confronter l’un l’autre. Ghorfi ne conteste pas, mais précise : « Il y a certes de la concurrence entre les deux nations, mais aussi beaucoup de complémentarité. D’un côté, une puissance ouest-africaine en devenir, de l’autre le leader de l’Afrique australe ».
Là encore, le poids de l’histoire joue : « L’Afrique du Sud s’est insérée dans le réseau BRICS [pour Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud], là où le Maroc est resté proche des grandes puissances occidentales. À deux, les nations peuvent vraiment se nourrir l’une l’autre ». Pour Ghorfi comme pour d’autres, si le Maroc a des choses à offrir à l’Afrique du Sud, notamment en matière d’agriculture, il s’agit de se montrer modeste : « Sur un plan scolaire et universitaire, nous avons beaucoup à apprendre du savoir-faire sud-africain ». « Les secteurs pharmaceutique et agroalimentaire sud-africains sont aussi des modèles », ajoute-t-il. Malgré le froid diplomatique, les échanges commerciaux existent déjà : en 2016, le Maroc importait pour 1,8 milliard de dirhams d’Afrique du Sud et y exportait pour 654 millions. Si les importations sont stables, les exportations, elles, ne font qu’augmenter : elles n’étaient que de 144,8 millions en 2010.
Pretoria, soutien du Polisario
Le soutien de la nation arc-en-ciel au mouvement indépendantiste sahraoui n’est pas un vain mot. Rhoufrani, qui avait été rappelé suite à la reconnaissance par Pretoria de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), en septembre 2004, précisait ainsi : « L’Afrique du sud se positionne en première ligne dans ce conflit dans les forums internationaux », à la différence d’autres pays africains qui s’en tiennent à une reconnaissance formelle sans en faire une cause pour autant.
C’est précisément ce soutien sud-africain qui a poussé Rabat à réduire son ambassade et à s’en tenir à un chargé d’affaire pour toute présence à Pretoria. Quant au principe de solidarité avec le Front Polisario, il n’est pas éteint en Afrique du Sud : des organisations alliées à l’ANC, comme le Parti communiste, et différentes figures politiques ont tenu à réitérer leur soutien à la cause indépendantiste dans la foulée de la rencontre entre Mohammed VI et Jacob Zuma.
La perspective de voir l’ANC filer entre les mains de Nkosazana Dlamini-Zuma suscite quelques appréhensions dans le royaume
Et aujourd’hui, à Rabat, on observe les préparatifs pour la conférence élective de l’ANC prévue pour ce mois de décembre. La perspective de voir le parti filer entre les mains de Nkosazana Dlamini-Zuma, une candidate sérieuse et une fervente supportrice de la cause sahraouie, suscite quelques appréhensions dans le royaume. Et c’est durant le mandat de cette dernière aux Affaires étrangères que Pretoria s’est montré particulièrement active sur la question. Il y a un an, le Maroc publiait même un communiqué alors que Dlamini-Zuma était présidente de la Commission de l’Union africaine, l’accusant de freiner la réintégration du royaume dans l’organisation panafricaine.
Jeune Afrique

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*