Violences faites aux femmes : les associations féministes sceptiques face au budget des mesures Macron

Des associations féministes estiment insuffisantes les mesures annoncées samedi par Emmanuel Macron en faveur de l’égalité femmes-hommes. Principale critique : le budget n’est pas à la hauteur de l’enjeu.

Samedi 25 novembre, alors que des milliers de personnes manifestaient dans toute la France pour demander l’égalité entre les sexes et dénoncer les violences faites aux femmes, Emmanuel Macron a décrété l’égalité femmes-hommes « grande cause du quinquennat » et annoncé dans un discours à l’Élysée une série de mesures en ce sens.

« C’est notre société toute entière qui est malade du sexisme », a affirmé samedi le président de la République.

Si la solennité de cette prise de parole à l’occasion de la journée de lutte contre les violences faites aux femmes et dans le sillage de la déflagration provoquée par l’affaire Weinstein, satisfait les militantes féministes de l’association LesEffronté-e-s et Osez le féminisme !, elles estiment cependant que les moyens alloués par l’État sont très insuffisants.

Un budget « pas à la hauteur »

« Les 420 millions d’euros de budget interministériel annoncés par Emmanuel Macron samedi ne sont pas à la hauteur », avance ainsi Fatima Benomar, porte-parole de l’association Effronté.e.s, contactée par France 24. « La cause des violences faites aux femmes nécessite une enveloppe spécifique », explique la militante, qui dénonce « un tour de passe-passe » du locataire de l’Élysée. « Ces 420 millions sont répartis dans des ministères très variés et concernent des actions qui ne sont pas toujours en rapport avec la lutte contre les violences faites aux femmes », précise-t-elle. Selon elle, on trouve par exemple dans cette enveloppe des dépenses réalisées dans le cadre de la politique de la ville pour favoriser la réussite des filles ou l’entreprenariat des femmes.

« Les actions qui vont se dérouler en 2018 sont des reconductions d’actions existantes en 2017. Elles étaient budgétées avant le discours du Président le 25 novembre. Après un mouvement social massif, inédit, mondial, la France ne prévoit aucun budget supplémentaire pour lutter contre les violences », déplorent plusieurs militantes et militants féministes, dont Caroline de Haas, la cofondatrice de « Osez le féminisme », dans un « décryptage » publié lundi sur Twitter.

Autre grief : les faibles moyens alloués à Marlène Schiappa, Secrétaire d’État chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes « C’est le plus petit budget de l’État. On était autour de 30 millions en 2016, Emmanuel Macron a baissé assez fortement le budget en 2017, et là, il le remet à 30 millions, je n’appelle pas ça une hausse », a ainsi tweeté Caroline de Haas.

Le terme « délation » a heurté

La mise en garde d’Emmanuel Macron à ne pas tomber « dans un quotidien de la délation » – en référence au hashtag « Balance ton porc » – a également heurté. « Les femmes doivent déjà faire face à de nombreuses barrières avant d’oser parler… L’emploi du mot délation est déplorable, car il peut inciter des victimes à ne pas se défendre et à ne pas porter plainte », insiste Fatima Benomar.

La militante a cependant salué le projet de loi à venir « contre les violences sexuelles et sexistes », annoncé pour 2018, qui devrait comporter l’allongement à trente ans, au lieu vingt, du délai de prescription des viols sur mineurs. Autre motif de satisfaction : la proposition de fixer à 15 ans l’âge de consentement minimum à un acte sexuel ou encore celle d’un « module d’enseignement » dans les écoles pour lutter contre les représentations sexistes.

« Pour la première fois un président de la République prend la mesure et prend des mesures d’ampleur contre le désordre à l’ordre public que constituent les violences faites aux femmes », a de son côté estimé l’ancienne député écologiste Sandrine Rousseau, qui avait en 2016 publiquement accusé Denis Baupin, alors député EELV et vice-président de l’Assemblée nationale, de harcèlement et d’agressions sexuels.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*